NOUVELLES

Nouvelle saison dans la NBA, les Lakers et le Heat sont attendus au sommet

30/10/2012 12:35 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Au début d'une nouvelle saison dans la NBA, la finale de rêve entre les Lakers de Kobe Bryant et le Heat de LeBron James a toutes les raisons de devenir réalité tandis que plusieurs négligés, dont le Thunder d'Oklahoma, les Spurs de San Antonio et les Bulls de Chicago, tenteront de déjouer les pronostics.

Les dirigeants de la NBA ont autorisé le transfert du joueur étoile Dwight Howard du Magic d'Orlando aux Lakers de Los Angeles, créant ainsi un «Big Four» impressionnant sur le papier.

Bryant, âgé de 34 ans, l'un des meilleurs arrières de l'histoire de la NBA, et l'intérieur espagnol Pau Gasol sont associés au meneur Steve Nash, deux fois proclamé le joueur par excellence de la saison et cinq fois meilleur passeur de la saison, et à Dwight Howard, triple meilleur défenseur de la saison, quadruple meilleur rebondeur et double meilleur contreur de NBA (13 rebonds et 2 contres par match en carrière).

Avec Metta World Peace, ex-Ron Artest, en plus, le talent de Byrant associé à ces tours jumelles Gasol-Howard et la vision altruiste de Nash, les Lakers ont toutes les garanties d'une réussite. Los Angeles rêve déjà d'un 17e titre et même du record de victoires en saison régulière des Bulls de Chicago de Michael Jordan en 1995-1996 (72-10).

«Nous sommes déterminés à aller chercher le titre, a dit Bryant pendant l'intersaison. La faim de titre d'Howard et de Nash va sûrement nous galvaniser.»

En face, les «Big Three» paraissent presque un peu juste. Pourtant, le Heat, champion en titre, n'est pas en reste. Avec les renforts de Ray Allen et Rashard Lewis, le trio étoile Dwyane Wade-Chris Bosh-LeBron James peut prétendre à réaliser un doublé inédit.

Auteur d'une saison parfaite (joueur par excellence de la saison et des séries, champion NBA et olympique), James ne pouvait pas imaginer un contexte plus concurrentiel pour entrer un peu plus dans la légende de la NBA, sa réelle ambition.

«Dans ce sport, je pense que le défi ultime et le seul défi est de gagner. Vous préparez votre esprit jour et nuit à gagner», a dit James avant de recevoir sa bague de champion, mardi, face aux Celtics de Boston.

Des aspirants en force

Les forces en présence, aussi bien à l'Ouest qu'à l'Est peuvent contrarier le scénario de cette finale de rêve concocté par les dirigeants de la NBA.

Au premier rang des prétendants dans l'Ouest, le Thunder d'Oklahoma City, finaliste, compte sur son duo Kevin Durant-Russell Westbrook, pour jouer le trouble-fête même s'il a perdu James Harden, désigné meilleur sixième homme de NBA la saison passée, échangé à Houston contre l'arrière Kevin Martin (18,4 points de moyenne en carrière).

Autre équipe ambitieuse, les Spurs de San Antonio seront encore présents dans le haut de tableau grâce à son jeu collectif sans équivalent et un «Big Three» Duncan-Ginobili-Parker vieillissant mais toujours là. L'autre curiosité sera la présence de trois Français dans un effectif NBA: le meneur Tony Parker, l'intérieur Boris Diaw et l'arrière recrue Nando De Colo.

L'autre équipe de Los Angeles, les Clippers de Chris Paul et Blake Griffin, a aussi fait un joli marché pour attirer Chauncey Billups, Lamar Odom, Jamal Crawford, Ronnie Turiaf et le vétéran Grant Hill afin de titiller son prestigieux colocataire du Staples Center.

A l'Est, les Bulls attendent le retour à leur meilleur niveau de l'intérieur français Joakim Noah (cheville) et surtout du meneur Derrick Rose (genou), joueur par excellence de la saison en 2011, pour rivaliser avec le Heat.

Les Celtics, avec leur trio Kevin Garnett, Paul Pierce et Rajon Rondo, font partie des favoris pour un accessit.

Sans Jeremy Lin parti à Houston, les Knicks d'Amar'e Stoudemire, Carmelo Anthony et Tyson Chandler sont allés chercher Raymond Felton, Marcus Camby et même Rasheed Wallace, de retour sur les parquets après deux ans d'absence pour densifier leur équipe.

Les Timberwolves du Minnesota de Kevin Love, qui retrouvent l'Espagnol Ricky Rubio, et la nouvelle concession des Nets de Brooklyn, renforcé par Joe Johnson, espèrent être les bonnes surprises de la saison.

PLUS:pc