NOUVELLES
30/10/2012 03:58 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Grachev veut faire subir à Bute le même supplice qu'en Angleterre

MONTRÉAL - Le combat de Lucian Bute, samedi, sera tout sauf stratégique. Son adversaire Denis Grachev ne fait pas de cachette qu'il va tenter de l'anéantir dès le début des hostilités.

Le Russe a vu le supplice qu'a fait subir Carl Froch à Bute en Angleterre, en mai, et c'est le calvaire qu'il va tenter de récréer au Centre Bell.

Au lendemain de son arrivée en ville, Grachev a répété qu'il allait passer le K.-O. à Bute. Un de ses hommes de coin, Baruch Ferreira, a prédit qu'il allait obtenir le K.-O. au huitième round, «ou au 10e ou 11e».

«C'est le plus important combat de ma carrière, a commenté Grachev (12-0-1, 8 K.-O.), ancien kickboxeur âgé de 30 ans. Je vais essayer très fort de l'arrêter dès le premier round. Je vais tout donner et on va voir ce que ça va donner.»

Les amateurs de boxe, ainsi que les dirigeants d'InterBox, ont hâte de voir comment Bute va réagir quand son rival va se ruer vers lui comme un taureau, comme l'a fait Froch.

«Il a dit ça?», a questionné le Roumain d'origine quand on lui a rapporté les intentions de Grachev.

«Plusieurs autres avant lui qui sont venus à Montréal ont annoncé qu'ils me passeraient le knock-out, mais aucun n'a réussi», a-t-il relevé.

Cela dit, Bute n'est pas tombé à la renverse en apprenant que Grachev allait tenter de lui ressasser de douloureux souvenirs.

Mais il l'a mis en garde qu'il aura devant lui un boxeur fort différent de celui qui a paru figer face à Froch.

«Je vais utiliser mes bras et mes jambes, me déplacer et y aller de combinaisons, utiliser mon jab, a dit Bute. Je vais boxer, juste boxer, et laisser les bras aller.»

Bute (30-1, 24 K.-O.) a dit avoir effectué un retour aux sources dans sa préparation. De s'être fait ravir la ceinture de champion IBF a fragilisé l'aura d'invincibilité qu'il possédait. C'est comme s'il était reparti à zéro.

«J'ai mis de côté tout ce qui s'est passé avant le combat contre Froch et je ne pense pas du tout à une éventuelle revanche, a-t-il affirmé. Les dommages ont été faits, je vais de l'avant. C'est un combat très important pour moi. Je me sens bien et confiant. Je suis flambant neuf. On est en 'business'», a-t-il lancé.

Bute, âgé de 32 ans, a dit qu'il ne ressentira pas plus de pression qu'en Angleterre. Il a ajouté que de boxer à la maison, devant son public, lui insuffle une bonne dose de confiance.

Grachev, natif de Tchaïkovsky, du nom de l'illustre compositeur Pyotr Ilitch Tchaïkovsky, a créé une forte surprise à son dernier combat, en défaisant Ismayl Sillakh par K.-O. au huitième round.

Du côté d'InterBox, on sait qu'il représente une grande menace dans le contexte où Bute tente de se relever de la cuisante défaite subie face à Froch.

«Il y a un risque, c'était l'objectif. Lucian le sait et ça le rend nerveux», a indiqué l'entraîneur Stephan Larouche.

«C'était hors de question de l'opposer à des faire-valoir. Il ne se serait pas senti meilleur pour ça.

«Lucian va vivre d'une certaine façon ce qu'il a vécu en Angleterre, chez lui, avec la pression et l'obligation de gagner. C'est exactement ce que nous voulons, a poursuivi Larouche. Personnellement, j'ai envie d'accompagner un gars qui est 'rétabli' et je veux savoir dès samedi dans quelle mesure il est 'rétabli'».

Chez InterBox, on souhaite voir Bute plus incisif et affamé dans l'arène, comme quand il campait le rôle d'aspirant.

«Lucian a toujours été animé de cette flamme, ce désir de vaincre qu'il a toujours eu, mais qui a fini par s'estomper en raison des succès», a résumé Larouche.

PLUS:pc