Des voix s'élèvent à Québec pour exiger le départ du maire de Montréal, Gérald Tremblay (TWITTER)

Publication: Mis à jour:
GERALD TREMBLAY
PC

QUÉBEC - Des voix se sont élevées mardi à l'Assemblée nationale pour réclamer le départ de Gérald Tremblay, accentuant encore un peu plus la pression sur le maire de Montréal.

Le député Jacques Duchesneau, de la Coalition avenir Québec (CAQ), a soutenu que M. Tremblay n'avait plus sa place à la tête de l'administration de la plus grande ville du Québec.

Les témoignages compromettants entendus ces derniers jours à la Commission Charbonneau _ à propos du financement du parti du maire, Union Montréal _ ont fait perdre à M. Tremblay sa légitimité de premier magistrat, a affirmé l'ancien chef de police et ex-candidat à la mairie de Montréal, en point de presse.

«Il est clair, avec tout ce qu'on entend, qu'il n'a plus la légitimité, sa place n'est plus là. Il devrait à tout le moins se retirer et attendre les conclusions de la Commission Charbonneau», a-t-il dit.

À ses côtés, son chef, François Legault, a confié qu'il ne croyait plus en la capacité du maire de gérer avec probité l'argent des Montréalais.

«Avec tout ce que j'ai entendu, je n'ai pas confiance que l'argent des contribuables montréalais est bien dépensé et je pense que le gouvernement de Mme Marois doit (faire) le même constat», a déclaré le leader de la CAQ.

Selon lui, M. Tremblay ne peut plus se défiler et doit prestement rendre des comptes sur les allégations de financement illégal touchant Union Montréal.

Le maire doit notamment expliquer comment des liasses d'argent liquide ont pu lui passer sous le nez, a ajouté M. Legault, s'appuyant sur le témoignage devant la commission d'un ancien organisateur d'Union Montréal, Martin Dumont.

«Il va falloir qu'il réponde aux questions parce que les allégations sont tellement graves. Comment se fait-il qu'il n'était pas au courant qu'il y avait un coffre-fort dans le bureau de M. Trépanier (Bernard Trépanier, responsable du financement d'Union Montréal) et que ce coffre-fort a été changé pour un plus grand parce qu'il n'y avait plus de place pour l'argent comptant?», a-t-il soulevé.

M. Legault a dit s'attendre à ce que le gouvernement Marois somme le maire de la métropole de mettre cartes sur table, soit devant une commission parlementaire, soit directement au ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault.

À son avis, aucune mesure ne doit être écartée pour assurer un retour à la saine gestion de l'argent des contribuables montréalais, y compris la mise en tutelle de la ville.

L'impatience grandit également dans les rangs libéraux. La situation du maire Tremblay deviendra insoutenable s'il persiste à garder le silence, a argué le chef intérimaire de l'opposition officielle, Jean-Marc Fournier.

«L'heure a sonné pour qu'il donne des explications très claires aux contribuables, aux citoyens, et s'il ne le fait pas, la situation sera insoutenable. Avec ce qui s'est ajouté comme éléments les uns après les autres, on est rendu au moment des explications», a-t-il statué.

Du côté du gouvernement, le ministre responsable de la métropole, Jean-François Lisée, a lui aussi haussé le ton. Sans réclamer ouvertement la démission ou le retrait temporaire du maire, le ministre a jugé que la situation dans laquelle est plongée l'administration municipale ne peut plus durer.

«On est en face de révélations troublantes, troublantes pour nous, pour les citoyens de Montréal, pour les élus de Montréal. Le statu quo est intolérable, intolérable», a-t-il insisté.

Quant à elle, la première ministre Pauline Marois n'a pas dérogé de la ligne officielle qu'elle a adoptée jusqu'à présent dans ce dossier. Le maire Tremblay doit réfléchir à son avenir politique et tirer les conclusions qui s'imposent, a-t-elle signifié.

«Je ne veux pas faire de commentaire à ce moment-ci. J'ai toujours dit que c'était à M. Tremblay de prendre sa décision, de réfléchir à ce qui se passe actuellement et sûrement que c'est à lui de répondre», a dit Mme Marois au sortir d'une réunion des élus péquistes.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

La twittosphère commente les révélations du jour
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Assemblée houleuse au conseil municipal

Tremblay invité à partir

Legault invite Tremblay et Vaillancourt à réfléchir

Legault invite les maires Tremblay et Vaillancourt à réfléchir

Vision Montréal de nouveau dans la mire du DGE

Un proche de l'ex-ministre Whissell aurait tenté de soutirer 50 000 $ à Lino ...

Les allégations de Zambito sur le financement libéral font bouger le parti (VIDÉO)

Allégations de Zambito : «Une histoire complètement folle», selon l'ex-ministre ...

Contrats du MTQ à Montréal : Zambito énumère des firmes qui faisaient de la ...