Commission Charbonneau: Martin Dumont dit avoir été menacé de mort par Nicolo Milioto

Publication: Mis à jour:
MARTIN DUMONT
Capture

Un texte de François Messier

L'ex-organisateur politique d'Union Montréal Martin Dumont a raconté mardi à la commission Charbonneau que l'entrepreneur en construction Nicolo Milioto, de Mivela Construction, l'a clairement menacé de mort en juin 2007.

Les menaces ont été proférées après que M. Dumont, devenu chef de cabinet du maire de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Cosmo Maciocia, se fut interrogé sur un contrat obtenu par Mivela Construction.

M. Dumont s'était rendu compte que Mivela avait proposé de réaliser un contrat pour 100 000 $ de plus que pour un contrat très similaire entrepris quelques mois plus tôt.

M. Dumont s'était enquis de la situation auprès d'un ingénieur de l'arrondissement, qui devait lui revenir à ce sujet, mais c'est finalement M. Milioto qui est venu faire une visite au bureau du maire Maciocia.

Devant l'impossibilité de rencontrer le maire Maciocia, l'entrepreneur a accepté de rencontrer Martin Dumont.

Selon ce dernier, Nicolo Milioto a commencé par lui dire que ses « fondations de trottoirs étaient épaisses et profondes ».

Devant son incompréhension, a précisé le témoin, Nicolo Milioto a ajouté : « faudrait pas que tu te retrouves dans mes fondations de trottoirs ».

Martin Dumont dit avoir clairement compris qu'il s'agissait d'une menace. Il dit qu'il a été ébranlé et qu'il a quitté le bureau pour le reste de la journée.

Le témoin a précisé ultérieurement qu'il avait appelé un contact au gouvernement fédéral ce jour-là pour s'enquérir si un poste était disponible.

M. Dumont s'est effectivement vu offrir un poste, mais il est tout de même resté en fonction auprès de M. Maciocia jusqu'en septembre, le temps que l'enquête de sécurité exigée par le gouvernement fédéral soit complétée.

Le témoin a raconté n'avoir jamais parlé de ces menaces à quiconque, pas même à sa femme, qui, dit-il, l'a appris en écoutant les travaux de la commission.

Il est d'ailleurs apparu fortement ébranlé en racontant cette histoire.

Martin Dumont a aussi raconté qu'il avait vu plusieurs autres entrepreneurs en construction dans les bureaux de la mairie d'arrondissement.

Il y a notamment vu Paolo Catania de Frank Catania et associés, Joe Borsellino du groupe Petra et des représentants du groupe Sept Frères, propriété de la famille Argento.

M. Maciocia était responsable des dossiers sur l'habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal à cette époque, a dit le témoin, et c'est dans ce cadre que les entrepreneurs venaient le rencontrer.

Dumont n'assistait pas à ces rencontres, puisque cela n'était pas de sa responsabilité.

Martin Dumont est devenu directeur du cabinet de M. Maciocia en février 2006, après les élections de novembre 2005.

Il avait auparavant été organisateur pour le parti du maire Tremblay pendant deux ans.

Relisez notre couverture en direct :

Vous pouvez suivre en direct sur ce site le journaliste François Messier @MessierSRC qui assiste aux travaux de la commission Charbonneau.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Construction: la (longue) marche vers une enquête
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Financement illégal: Martin Dumont a subi des menaces de mort