NOUVELLES
30/10/2012 05:02 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Avec Sandy, Twitter inondé par de fausses informations

Le passage du cyclone Sandy aux Etats-Unis a suscité un intérêt gigantesque sur les réseaux sociaux... et quelques dérapages sur Twitter: de fausses informations volontairement alarmantes ayant obligé les autorités et certains médias à diffuser des démentis.

Twitter s'est révélé être une plateforme d'informations allant des plus sérieuses aux plus grotesques. Mais quand un compte dit "sérieux" diffuse une information extravagante, c'est tout le réseau social qui s'emballe.

Lundi soir, @ComfortablySmug, un supporter de Mitt Romney vivant à New York et se disant impliqué dans la finance a manifestement décidé de s'amuser un peu avec ses 6.000 abonnés en envoyant sur Twitter quelques "breaking news", des alertes, qui ont fini par attirer l'attention des médias.

La Bourse de New York est plongée sous un mètre d'eau, le gouverneur de New York est bloqué dans un immeuble de Manhattan, tout Manhattan est plongé dans le noir: toutes ces informations twittées par @ComfortablySmug sont fausses. Mais elles ont toutes été retwittées des centaines de fois.

Et si la plupart de ces allégations ont été vérifiées et mises de côté, l'alerte faisant état d'une inondation dans la salle des marchés de Wall Street a par exemple été reprise par CNN avant d'être démentie à l'antenne.

"Il y a plein de gens pas très recommandables par ici mais il faut vraiment du culot pour diffuser des fausses informations quand une catastrophe est en cours. cc @comfortablysmug", a réagi un internaute de Baltimore, @byelin, sur Twitter, comme beaucoup d'autres twittos en colère.

D'autres informations erronées diffusées sur d'autres comptes se sont aussi rapidement propagées, des plus plausibles (des personnes sont bloquées dans un immeuble) aux plus loufoques (un requin est pris dans les inondations en plein New York).

"Bravo à tous les demeurés qui profitent de la catastrophe pour diffuser de fausses rumeurs. Quelle bonne idée d'utiliser votre pouvoir de nuisance maintenant", s'agaçait lundi soir Jonathan M. Katz (@KatzOnEarth), un journaliste respecté qui défend l'usage de Twitter à bon escient.

mbx-sj/lor

PLUS:afp