Sandy: un avant-goût du réchauffement climatique?

Publication: Mis à jour:

(Agence Science-Presse) - On l’a appelé Sandy mais surtout, la «Frankenstorm» en raison d’une collision inhabituelle entre le chaud et le froid. Mais à quel point inhabituel? Au point de dire qu’elle est amplifiée par le réchauffement climatique... et qu’il y en aura d’autres comme elle?

- Comment l’ouragan Sandy peut devenir une «Frankenstorm», par Climate Central (26 octobre). Ainsi que, pour les amateurs de physique et de vortex, une description de la la dynamique de ces monstres.

La première chose à comprendre des tempêtes extratropicales est qu’elles dépendent des contrastes de température: pôle froid, équateur chaud et front aiguisé entre les deux. Cela les rend très asymétrique [au contraire] des cyclones tropicaux qui sont aussi circulaires qu’il leur est possible de l’être.

En guise d'introduction: Quoi qu’il puisse arriver d’ici à mercredi, Sandy est déjà passée à l’histoire. Elle a battu, en fin de semaine, un record pour l’étendue de son «territoire», avec des vents violents s’étendant jusqu’à 700km du centre. D’où le fait que, sur terre, les avis d’évacuation et les alertes d’inondations s’étendent de la Caroline du Nord jusqu’au Maine.

Mais si on parle de Sandy depuis le 23 octobre comme d’une Frankenstorm, c’est en raison de l’hybridation en cours, ou la fusion, entre la tempête tropicale qu’elle était et un front froid de l’Arctique. Sans ce front froid, l’ouragan aurait viré vers l’est et se serait dissipé dans l’Atlantique.

Au lieu de cela, on se retrouve avec une tempête combinée, un ouragan post-tropical dans le jargon des météorologues, comme il ne s’en produit que quelques fois par siècle —et d’une ampleur qui pourrait être unique de mémoire d’humain. Elle laissera des trombes d’eau pendant plus de 36 heures —et pour couronner le tout, un jour de pleine lune (lundi), où les marées sont à leur plus haut.

29 octobre, 9h30: Pour le militant environnemental Bill McKibben, il ne fait aucun doute que cette «Frankenstorm» est le résultat de l’action de l’homme sur le climat.

Vous ne pouvez pas, comme les climatosceptiques se plaisent à le dire, blâmer le réchauffement planétaire pour n’importe quel ouragan... Mais quand l’océan est chaud —et à ce moment, la température de surface de l’océan au large du Nord-Est [des États-Unis] est de cinq degrés [Fahrenheit] au-dessus de la normale— une tempête comme Sandy peut rester au nord plus longtemps et avec plus de force... Frankenstorm est un nom adéquat pour Sandy, et de fait pour beaucoup d’autres tempêtes et sécheresses et canicules à présent. Ils sont liés les uns aux autres par quelque sinistre combinaison du naturel et de l’artificiel.
Et il y en aura d’autres, poursuit McKibben dans The Daily Beast (26 octobre):

Mon État natal [le Vermont] a subi le plus gros d’Irene, la tempête «record» de l’an dernier... Je sais maintenant quel pouvoir un océan plus chaud peut receler et à quelle distance la douleur peut s’étendre. Et revivant cette peur, je commence à sentir ce que le futur pourrait être, alors que de plus en plus de gens dans le monde font face à des assauts encore plus fréquents des forces de ce monde-pas-si-naturel.
10h Pour le météorologue Stu Ostro, du Weather Channel (28 octobre), spécialiste de l’observation des événements extrêmes, «l’histoire est en train de s’écrire» sous nos yeux.

Rassemblement d’une combinaison météorologiquement renversante: une des tempêtes tropicales les plus étendues [jamais observées]; un virage abrupt à gauche en direction du New Jersey, sans précédent dans les bases de données historiques, alors que l’empêche d’aller se perdre en mer un ensemble qui comprend une crête exceptionnellement puissante de haute pression au-dessus du Groenland; un cyclone tropical au coeur chaud, enveloppé dans une tempête du nordet (nor’easter) plus large; et éventuellement, de l’humidité tropicale et de l’air arctique se combinant pour produire de la neige dans les montagnes intérieures. C’est une situation extraordinaire, et je ne suis pas sujet à l’hyperbole.
11h Quant à ce front froid venu de l’Arctique qui vient compliquer les choses, il ne surgit peut-être pas de nulle part. Ses semblables ont été plus nombreux ces dernières années, et il est possible que ce soit lié à la fonte des glaces de l’Arctique. Fonte qui, cette année, a atteint un nouveau record, et ça pourrait altérer les prévisions météorologiques, soulignait dès le le 30 septembre Andrew Freedman, coordonnateur du blogue Climate Central.

Il en profitait pour pointer une étude parue quelques mois plus tôt, sous la direction de Jennifer Francis de l’Université Rutgers, liant les changements climatiques rapides que vit l’Arctique aux événements extrêmes survenus aux États-Unis et en Europe. «Pourrait conduire à une probabilité plus élevée d’événements météorologiques extrêmes».

Pour en savoir plus, cliquez ici :

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Hurricane Sandy
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Sandy: un avant-goût du réchauffement climatique? | Agence ...

Ouragan Sandy: Les États-Unis en état d'alerte... 375.000 ...

RCI // À L'AFFICHE // À l'heure de l'ouragan Sandy qui se dirige tous ...

L'ouragan Sandy paralyse la côte Est des Etats-Unis

Les États-Unis en état d'alerte face à Sandy | Humanite

Hurricane Sandy : 5 Day Forecast Map | Weather Underground