NOUVELLES
29/10/2012 08:08 EDT | Actualisé 29/12/2012 05:12 EST

Plan d'intervention au Mali: Clinton demande le soutien de l'Algérie

ALGER, Algérie - La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a tenté, lundi, d'obtenir le soutien de l'Algérie dans l'éventualité d'une intervention militaire au Mali, pressant la nation nord-africaine de fournir des renseignements — à défaut de troupes — pouvant aider à localiser les militants liés à Al-Qaïda qui se trouvent près de la frontière que l'Algérie partage avec le Mali.

Au premier arrêt de son voyage officiel de cinq jours à l'étranger, Mme Clinton a rencontré le président algérien Abdelaziz Bouteflika, alors que les États-Unis et leurs alliés se penchent sur les préparatifs d'une intervention visant à contrer les forces islamistes rebelles ayant pris le contrôle de la portion septentrionale du Mali.

Lorsque le leader démocratiquement élu du Mali a été renversé par un coup d'État, en mars, les rebelles touaregs ont profité du vide politique pour prendre le contrôle au nord du pays avec la complicité d'une faction islamiste. Les islamistes ont ensuite rapidement exclu les Touaregs et pris le contrôle de la moitié du pays.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a unanimement approuvé l'idée d'une force d'intervention au Mali. Menée par les Africains, son objectif serait d'aider l'armée malienne à chasser les militants islamistes, mais les détails de cette mission sont toujours nébuleux.

Hillary Clinton a affirmé qu'elle avait discuté du dossier malien avec son hôte algérien, et que celui-ci s'était montré réticent à l'idée d'intervenir de façon trop brusque.

La secrétaire d'État a néanmoins soutenu qu'elle avait apprécié l'analyse du président.

PLUS:pc