NOUVELLES
29/10/2012 11:10 EDT | Actualisé 29/12/2012 05:12 EST

La méga-tempête interrompt la campagne présidentielle à une semaine du vote

WASHINGTON - La méga-tempête Sandy a forcé le président Barack Obama et son adversaire républicain, Mitt Romney, à annuler leurs rassemblements prévus lundi dans des États-pivots, chamboulant ainsi leurs plans de campagne dans la dernière semaine de la campagne présidentielle qui est des plus serrées.

Dans les derniers jours de sa quête pour un deuxième mandat, le président Obama a fait un trait sur deux jours de campagne. Il est revenu à la Maison-Blanche pour superviser les actions qui seront prises par le gouvernement pour venir en aide aux victimes de l'ouragan qui s'est abattu sur la côte Est américaine, lundi.

Les organisateurs de la campagne de M. Obama ont indiqué qu'il s'agissait de la meilleure décision à prendre dans les circonstances. Même s'il est engagé dans une lutte à finir avec M. Romney, le président aurait semblé faire passer ses intérêts politiques avant la sécurité publique s'il avait poursuivi sa campagne aux côtés de Bill Clinton en Floride et en Ohio. Cette décision aurait pu suffire pour convaincre certains électeurs de voter contre lui à un moment crucial de la campagne.

M. Obama a maintenant l'opportunité et la responsabilité de montrer le genre de décisions que seul un président peut prendre en situation de crise. M. Romney peut poser des gestes symboliques, comme annuler la plupart de ses rassemblements prévus lundi et mardi, mais il n'a pas le pouvoir de fournir de l'assistance tangible aux victimes de la tempête.

À l'inverse, en tant que président, M. Obama peut prendre le blâme et la responsabilité de n'importe quel faux pas qui pourrait survenir lors des opérations d'urgence du gouvernement. L'équipe du président a d'ailleurs déclaré qu'elle avait appris de la gestion de crise déficiente de George W. Bush lors de l'ouragan Katrina en 2005. M. Bush avait été accusé d'avoir été inefficace et hors de contact, et sa présidence ne s'en est jamais remise.

Lors de ses discours, lundi, M. Obama a d'ailleurs mis beaucoup d'accent sur la différence entre un candidat à la présidence et un candidat qui est déjà président.

Après être revenu à la Maison-Blanche lundi, M. Obama a bravé la pluie pour se rendre directement au Bureau ovale. Il a organisé une rencontre avec les principales autorités du gouvernement dans la salle de gestion des crises. Plus tard, derrière un podium frappé du sceau présidentiel, il a appelé les Américains à mettre leurs opinions politiques de côté durant la tempête.

PLUS:pc