Château Taillefer Lafon : Boire la vie de château ... à Laval! (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Le Château Taillefer Lafon. (Courtoisie)
Le Château Taillefer Lafon. (Courtoisie)

Devant nous, une grande allée et tout au bout, un véritable château. Derrière, une terrasse bordée de fleurs en été et de feuilles orangées à ce moment de l’année. Au loin, de larges champs où sont tranquillement enveloppées les vignes nobles avant d’être soigneusement enterrées pour l’hiver. Alors que les derniers rayons de soleil de la journée s’infiltrent et s’harmonisent avec la décoration blanche et dorée du salon Saint-Antoine, on nous accueille chaleureusement, comme si nous faisions partie de cette famille viticole. Bien moins loin que la France, nous sommes à Laval, au superbe et méconnu Château Taillefer Lafon.

«Nous sommes le plus important producteur québécois de raisins provenant de vignes nobles (vitis vinifera), nous explique Jean-François Taillefer en personne. «Ce sont les vignes qui sont plantées en Europe, en Californie et au Chili, et qui font le meilleur vin», ajoute-t-il.

Un verre de vin rouge cuvée premium 2008 à la main (franchement délicieux et surprenant pour un vin rouge «québécois»!), nous parlons de cette idée un peu folle qu’il a eu de faire construire un château en plein cœur de Laval.
«Mon grand-père paternel était un cultivateur. Moi, j’ai acheté cette terre, il y a longtemps sans trop savoir quoi en faire, puis un jour, un ami m’a donné l’idée de cultiver la vigne», se souvient-il.

Le vignoble fut planté en 1999 et le château, complété en 2006, devenant ainsi le premier vignoble au Québec autorisé à utiliser le terme «Château».

Sans trop savoir dans quoi ils s’embarquaient, l’ancien notaire et sa sœur ont tout appris «sur le tas.» «C’est beaucoup de travail : nous sommes devenus agriculteurs, transformateurs de produits, hôteliers, commerçants et éventuellement exportateurs pratiquement d’un coup», explique-t-il.

À force d’essais et d’erreurs, Jean-François Taillefer et son équipe sont aujourd’hui en mesure de proposer une douzaine de produits : vin blanc, vin rouge, vin rosé, cidre de glace, cidre liquoreux, vin mousseux blanc méthode champenoise, vin mousseau rosé méthode champenoise, vin fortifié rouge et blanc, vendange tardive blanc et vendange tardive rouge.

Des vins qui sont des assemblages de cépages (environ 50% du contenu d’une bouteille provient de vignes nobles) et qui ne se retrouvent pas à la SAQ.

«On parvient à tout vendre nos produits directement ici; aux passants lors des dégustations, lors des réceptions et à certains restaurants dont celui de l’hôtel Quintessence du Mont Tremblant et Les 400 coups de Montréal», dit-il.
Le vin rouge que l’on déguste est, en effet, un joli mélange de pinot noir, merlot, cabernet franc et de certaines vignes plus rustiques. Le fruité petit blanc que l’on goûtera ensuite sera quant à lui un
assemblage de riesling, chardonnay, muscat et de vidal (celui-là même avec lequel on fait le cidre de glace, l’une de la spécialité du Château).

Ouvert en après-midi du mercredi au dimanche pour des dégustations gratuites, le château Taillefer Lafon – et ses 45 acres - est aussi l’endroit parfait pour les réceptions, les journées corporatives et les mariages de rêve.
«Pour les groupes de douze personnes et plus voulant venir participer à une dégustation, nous offrons la visite des installations, dont la cave et le château», explique le propriétaire.

Si l’existence discrète du Château Taillefer Lafon ainsi que l’absence de voisin vignobles en font l’un des secrets les mieux gardés de la région, il faut sortir des traditionnelles routes des vins pour avoir la chance de le découvrir.
Sa proximité de Montréal, son magnifique site champêtre, la qualité exceptionnelle de ses produits et l’accueil sincèrement chaleureux de ses hôtes valent franchement le détour.

Pour plus d’informations et pour planifier votre visite : www.chateautailleferlafon.ca

EN IMAGES:

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Château Taillefer Lafon
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction