NOUVELLES
28/10/2012 01:17 EDT | Actualisé 28/12/2012 05:12 EST

Méga-tempête: l'état d'urgence déclaré dans plusieurs États américains

SHIP BOTTOM, États-Unis - Des dizaines de milliers de personnes ont reçu l'ordre d'évacuer les zones côtières de l'est des États-Unis dimanche, en prévision de l'arrivée d'une méga-tempête qui menace 60 millions de personnes dans la région la plus peuplée du pays.

Les avertissements émis par les responsables à l'attention de tous ceux qui se trouvent sur la trajectoire de la tempête sont simples: soyez préparés et trouvez un refuge.

«Le temps des préparations et des discussions est terminé», a déclaré le responsable de l'agence chargée des situations d'urgence (FEMA), Craig Fugate. «Les gens doivent agir maintenant.»

Les compagnies aériennes ont annulé plus de 7600 vols et la société ferroviaire Amtrak a commencé à suspendre son service aux passagers à travers tout le nord-est. Les villes de New York et de Philadelphie ont annoncé l'arrêt de leurs trains souterrains, autobus et trains de banlieue dès dimanche soir, ainsi que la fermeture des écoles lundi. Les villes de Boston, Washington et Baltimore ont également décidé de ne pas ouvrir les écoles lundi.

Alors que la pluie commençait à s'abattre sur le nord-est des États-Unis, des dizaines de milliers de résidants des régions côtières du Maryland jusqu'au Connecticut avaient reçu l'ordre d'évacuer. Cela incluait 50 000 personnes au Delaware seulement, et 30 000 autres à Atlantic City, au New Jersey, où les 12 casinos ont dû cesser leurs opérations pour seulement la quatrième fois en 34 ans d'histoire.

Les autorités ont averti que New York, la plus grande ville du pays, pourrait être frappé par un mur d'eau de quelque trois mètres de hauteur, qui pourrait inonder certains secteurs de Manhattan, les tunnels du métro et endommager le réseau électrique et de communications, si vital au bon fonctionnement du principal centre financier des États-Unis.

Le maire de New York, Michael Bloomberg, a ordonné l'évacuation d'une partie de Lower Manhattan et des Rockaways, une région côtière basse dans l'arrondissement de Queens.

«Si vous n'évacuez pas, vous ne mettez pas seulement en danger votre vie, vous mettez aussi en danger la vie des premiers répondants qui vont aller vous secourir», a souligné M. Bloomberg. «C'est une tempête sérieuse et dangereuse.»

La méga-tempête attendue sur l'est des États-Unis est un mélange entre l'ouragan Sandy venu des Caraïbes, une tempête hivernale précoce venue de l'ouest et un front froid venu du nord, en plus de la marée haute. Dans les Caraïbes, le passage de Sandy a fait 65 victimes, dont 51 à Haïti seulement. Ce chiffre pourrait augmenter, croient les autorités.

Tard dimanche soir, la tempête se trouvait à un peu moins de 760 km au sud-est de New York, et se déplaçait à une vitesse de 23 km/h. Selon le Centre de surveillance des ouragans (NHC) de Miami, ses vents s'éloignent du centre sur une superficie d'environ 285 km.

L'ouragan Sandy devait continuer à se déplacer parallèlement à la côte sud-est des États-Unis pendant la majeure partie de la journée de dimanche, puis s'approcher des côtes lundi soir ou mardi matin, probablement au New Jersey.

Le gouverneur du New Jersey Chris Christie, qui a été vertement critiqué pour ne pas avoir interrompu ses vacances familiales en Floride lorsqu'une tempête de neige avait paralysé son État en 2010, a mis fin à ses activités de campagne avec le candidat républicain Mitt Romney en Caroline du Nord, vendredi, pour rentrer chez lui. L'état d'urgence a été déclaré samedi au New Jersey.

Dans ses conseils à ses concitoyens, M. Christie s'est fait un peu moins diplomate que le maire Bloomberg.

«Ne soyez pas stupide. Sortez!», a-t-il lancé.

Les experts estiment que la tempête imprévisible qui résultera de la collision entre les trois systèmes météorologiques aura un impact dans un rayon de 1300 kilomètres, de la côte Est aux Grands Lacs.

Les risques ne sont d'ailleurs pas limités aux régions côtières. Les météorologues s'inquiètent bien davantage des inondations dans les terres que des vents. Les pluies pourraient saturer le sol, provoquant des chutes d'arbres sur des lignes électriques, ont indiqué des responsables des services publics, appelant les résidants à se préparer à des pannes de courant de plusieurs jours.

La tempête est si importante qu'«on ne peut tout simplement pas prévoir qui encaissera le plus fort du choc», a déclaré Rick Knabb, directeur du NHC.

La méga-tempête pourrait provoquer d'importantes chutes de neige en Virginie-occidentale, en Virginie, au Kentucky et en Caroline du Nord. Au moins 60 centimètres de neige sont attendus dans certaines régions.

En Virginie, la Garde nationale a obtenu l'autorisation de mobiliser jusqu'à 500 hommes pour transporter les débris et nettoyer les routes.

Le président Barack Obama surveille la progression de la tempête et travaille avec les administrations des États et des villes pour s'assurer qu'elles obtiennent les ressources nécessaires pour se préparer, ont indiqué des responsables fédéraux.

Il a promis que le gouvernement allait réagir de «façon importante et rapidement» après le passage de la tempête.

«Mon message aux gouverneurs et aux maires est que nous serons là pour répondre à tous leurs besoins, et nous ferons fi de la bureaucratie. Nous ne nous laisserons pas ralentir par trop de règlements», a-t-il déclaré.

M. Obama a aussi imploré aux citoyens de prendre soin de leur voisinage.

«Dans des cas comme ça, les Américains ont l'habitude de travailler main dans la main et de s'entraider. Alors, il pourrait y avoir des aînés dans votre secteur. Allez voir votre voisin, allez voir votre ami. Assurez-vous que tout le monde est préparé. Si nous agissons de la sorte, nous allons passer à travers cette tempête.»

PLUS:pc