NOUVELLES
28/10/2012 04:42 EDT | Actualisé 27/12/2012 05:12 EST

Les pèlerins effectuent les derniers rites du hajj à La Mecque sans incident

Plus de quatre millions de fidèles musulmans de 189 nationalités effectuaient dimanche à La Mecque les derniers rites du hajj, le plus grand rassemblement annuel au monde qui se déroule cette année sans encombre.

Répétant Allah Akbar (Dieu est le plus grand), les fidèles achevaient le rituel de la lapidation de Satan entamé à Mina, près de La Mecque, vendredi, premier jour de l'Aïd al-Adha, ou la fête du Sacrifice.

La plupart des pèlerins quitteront Mina avant le coucher du soleil et reviendront à La Mecque pour d'ultimes prières, les autres y resteront jusqu'à lundi pour un dernier jour de lapidation.

Une fois le rituel de lapidation effectué dans la journée, "je me rends à La Mecque (...) pour achever mon hajj en paix et en sécurité, et rentrer au pays", explique Béchir Othmane, un Soudanais de 54 ans. "C'est magnifique", ajoute-t-il.

Sayed Ahmad, un Ethiopien, ne veut pas prendre de risque. "En raison de la grande affluence" sur le site de la lapidation, "j'ai décidé de passer encore une nuit à Mina", dit-il.

"Nous ne pourrons jamais vivre une meilleure expérience", renchérit Rajab Ibrahim, un Egyptien de 42 ans, assis avec d'autres fidèles sous un drap coloré tendu entre deux voitures pour les protéger du soleil brûlant.

"Ici, on sent une paix intérieure. On oublie tout le reste", dit-il, ému.

Des milliers d'agents de police et de la défense civile s'employaient à canaliser le flux des pèlerins en direction du site de lapidation, contrôlé par des centaines de caméras de surveillance et survolé par des hélicoptères de la défense civile.

Le gouverneur de La Mecque, le prince Khaled al-Fayçal, a estimé dimanche à plus de 4 millions le nombre des pèlerins cette année, en raison d'une importante participation, sans permis de hajj, de fidèles de l'intérieur du royaume.

Au total, 1,7 million de fidèles arrivés de l'étranger ont pris part au pèlerinage, dont le temps fort était le stationnement jeudi sur le Mont Arafat, près de La Mecque.

Ce jour là, des fidèles iraniens ont organisé leur traditionnelle manifestation anti-américaine et anti-israélienne, dite d'"aversion des athées", à l'intérieur de leur campement sans l'intervention des forces de sécurité saoudiennes, ont indiqué des pèlerins iraniens.

En 1987, une manifestation de pèlerins iraniens à La Mecque avait dégénéré en affrontements avec les forces de sécurité, faisant 402 morts, dont 275 Iraniens.

Depuis, les pèlerins iraniens ont pris l'habitude de manifester discrètement dans leurs camps pendant le hajj pour éviter tout contact avec les forces de maintien de l'ordre saoudiennes.

Le rituel de la lapidation, qui consiste à jeter des cailloux sur trois stèles symbolisant Satan, avait par le passé provoqué des bousculades meurtrières. Mais un aménagement du site permet désormais une plus grande fluidité.

En janvier 2006, 364 pèlerins sont morts piétinés lors d'un mouvement de panique, et 251 deux ans auparavant. En juillet 1990, 1.426 pèlerins avaient péri, la plupart étouffés lors d'un mouvement de panique dans un tunnel.

Après la lapidation de Satan, les fidèles procèdent encore à des circonvolutions autour de la Kaaba, au centre de la Grande mosquée de La Mecque, avant la déambulation entre Safa et Marwa sur les pas de Hajar --épouse du prophète Ibrahim--, qui selon la tradition a couru entre ces deux lieux chercher de l'eau pour son fils Ismaïl, jusqu'à ce que la source de Zamzam jaillisse à ses pieds.

Le hajj est l'un des cinq piliers de l'islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie s'il en a les moyens.

lyn/tm/feb

PLUS:afp