NOUVELLES
28/10/2012 08:45 EDT | Actualisé 28/12/2012 05:12 EST

Espagne: l'ex-responsable accusée met en cause son président (presse)

Anna Tarres, l'ancienne responsable de la natation synchronisée espagnole accusée de mauvais traitements par 15 de ses anciennes nageuses, a affirmé dimanche être victime d'une campagne montée par le président de sa fédération, dans une interview au quotidien sportif Marca.

Dans une lettre ouverte publiée fin septembre par plusieurs journaux espagnols, 15 anciennes nageuses ayant évolué sous le contrôle d'Anna Tarres l'ont accusée de mauvais traitements et d'humiliations quotidiennes.

"C'est très louche qu'une lettre signée d'anciennes nageuses ait été publiée ainsi quelques jours avant la présentation du nouveau staff technique (...) Elle a été fabriquée dans toute cette ambiance faite d'injures envers ma personne et je suspecte (Fernando) Carpena (le président de la fédération de natation) d'être derrière tout cela", affirme-t-elle à Marca.

Après les Jeux de Londres cet été, la responsable qui a régné pendant 15 ans sur la natation synchronisée s'était déjà vue signifier que son contrat arrivant à échéance le 31 décembre prochain ne serait pas renouvelé.

"Je peux le dire haut et fort: nous faisons de la compétition intensive, cherchant l'excellence et la perfection (...) Personne ne va nier qu'il nous est arrivé de crier. Mais qui ne le fait pas parfois?", explique-t-elle, niant toutefois toutes les vexations dont l'accusent ses ex-nageuses.

"La majeure partie des filles ayant signé cette lettre n'étaient même pas sous mon autorité", se défend-elle, accusant Fernando Carpena d'avoir fomenté cette campagne de "calomnies" pour se débarrasser d'elle.

Elle a d'ailleurs porté plainte début octobre contre la fédération pour "atteinte à son honneur".

cle/gv

PLUS:afp