NOUVELLES
27/10/2012 07:27 EDT | Actualisé 27/12/2012 05:12 EST

Soudan: la capitale du Kordofan-Sud de nouveau bombardée

Des habitants ont fui Kadougli, chef lieu de la province soudanaise du Kordofan-Sud, après de nouveaux bombardements, revendiqués samedi par les rebelles du SPLM-N, les troisièmes du genre depuis le début du mois.

"Hier, cinq bombes sont tombées sur la ville lors de la visite d'une délégation officielle de Khartoum", pour la fête musulmane de l'Adha, a indiqué un témoin qui a requis l'anonymat.

"Je n'ai pas vu de morts ni de blessés. Mais la plupart des habitants de Kadougli ont quitté la ville" a-t-il poursuivi.

Les obus ont visé le QG d'une unité de l'armée et une base de l'artillerie à Kadougli après que l'armée de l'air a mené des raids sur des villages aux mains des rebelles, a indiqué Arnu Ngutulu Lodi, porte-parole des rebelles de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N).

"Des gens m'ont dit, à 06H00 (03H00 GMT) vendredi matin, le bombardement a commencé" contre des zones proches de Kadougli et de la localité de Kauda, contrôlée par les rebelles, a dit M. Lodi à l'AFP. Un enfant a été blessé et plusieurs maisons détruites par ce raid des troupes de Khartoum, a-t-il ajouté.

"Nous avons riposté, en bombardant Kadougli," où une délégation du ministère de la Défense était arrivée pour les prières de l'Aïd al-Adha.

Le porte-parole de l'armée soudanaise n'était pas joignable dans l'immédiat.

Mardi déjà, les rebelles avaient tiré des obus contre Kadougli, pour la deuxième fois en octobre.

L'armée avait alors fait état de la mort d'au moins deux enfants, le SPLM affirmant de son côté avoir bombardé une base d'artillerie des troupes gouvernementales et tué des soldats.

L'ONU avait pour sa part fait état de la mort d'au moins un enfant, certains obus étant tombés à proximité des bâtiments de l'Unicef.

Les rebelles avaient dit riposter à des raids aériens de l'armée contre des villages du Kordofan-Sud, un Etat frontalier du Soudan du Sud et théâtre de combats depuis juin 2011.

Fin septembre, le Soudan et le Soudan du Sud ont conclu des accords de sécurité et de coopération, salués comme la fin du conflit entre Khartoum et Juba.

Khartoum accuse Juba, qui dément, de soutenir les rebelles.

Les tensions entre le Soudan et le Soudan du Sud avaient dégénéré entre mars et mai derniers en combats entre leurs deux armées à la frontière, les plus intenses depuis la partition du Soudan en juillet 2011.

Les rebelles du SPLM-N ont repris les armes contre Khartoum après avoir combattu aux côtés des Soudanais du Sud durant plus de deux décennies de guerre civile qui ont abouti à un accord de paix en 2005 et à l'indépendance du Soudan du Sud en 2011.

str-it/feb/cnp

PLUS:afp