NOUVELLES
27/10/2012 03:53 EDT | Actualisé 27/12/2012 05:12 EST

Les patineurs canadiens se font souffler la victoire à la Coupe du monde de Montréal

MONTRÉAL - Les patineurs canadiens ont animé le spectacle lors des premières finales de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste disputée à Montréal. Mais à la fin de la journée, ils se sont finalement contentés des accessits.

Les attentes étaient particulièrement élévées au 500 mètres, où le Canada misait sur deux patineurs en finale, tant chez les hommes que chez les dames.

Charles Hamelin, champion olympique, et Olivier Jean, champion du monde en titre, ont fait la joie du millier de spectateurs présents à l'aréna Maurice-Richard, s'échangeant la tête de la course à quelques reprises. Mais ils se sont finalement fait damer le pion par le Chinois Wenhao Liang, qui a placé une accélération au moment opportun au dernier tour pour doubler les deux Canadiens et filer vers la victoire, devant Hamelin et Jean dans l'ordre.

«Nous avons eu une grosse bataille Olivier et moi et je pense que c'est ça qui nous a coûté l'or et l'argent, a analysé Charles Hamelin. Nous avons perdu de la vitesse à chacun de nos dépassements. Une deuxième place, c'est quand même le fun.»

«Avec nos nombreux dépassements, nous n'avons pas atteint une vitesse de pointe maximale, a ajouté Jean. Ici, la glace est assez molle, ce qui nous fait perdre beaucoup de vitesse en sortie de virage et lors des dépassements serrés.»

Jean, de Lachenaie, n'a pas ménagé ses efforts pour se hisser sur la troisième marche du podium. Sa journée a commencé tôt samedi matin puisqu'il a dû passer par le repêchage pour se qualifier pour les quarts de finale. Il a donc disputé cinq courses sur la distance dans sa journée.

«Ça faisait longtemps que je n'étais pas passé par les rondes de repêchage. C'est sûr que c'est exigeant physiquement. C'est peut-être une énergie qui m'a manqué en fin de course en finale.»

Quelques minutes auparavant, en finale du 500 mètres dames, le duel attendu entre Meng Wang, championne olympique, et Marianne St-Gelais, médaillée olympique d'argent, n'a pas eu lieu. La Chinoise, triple médaillée d'or à Vancouver en 2010 et qui effectue un retour à la compétition cette saison, s'est imposée devant l'Albertaine Jessica Gregg, qui lui a tenu la dragée haute. Une autre Chinoise, Liu Qiuhong, a complété le podium.

«C'était serré et très rapide comme 500 mètres et, à la fin, j'ai tout donné pour garder ma deuxième position, a confié Gregg, d'Edmonton. C'est une course très satisfaisante pour moi.»

St-Gelais, de St-Félicien, s'est finalement classée au quatrième rang, après avoir survolé ses vagues quarts et demi-finales.

«Je ne peux pas cacher que je suis déçue. Pour mon retour, je rêvais de la finale A mais on veut toujours notre place sur le podium. Je méritais ma place mais j'ai glissé un peu dans un virage et la Chinoise en a tiré parti.

«Mais ce n'est pas une course pour laquelle je suis entièrement déçue. C'est partie remise pour demain (dimanche).»

Victime d'une commotion cérébrale la semaine dernière à Calgary, St-Gelais a au moins démontré qu'elle a bien récupéré une semaine après sa mésaventure.

«Je me sentais très bien et je n'ai aucune séquelle.»

Caroline Truchon, de Chicoutimi, a remporté la finale B, se classant au final au cinquième rang.

L'équipe canadienne a été blanchie sur 1500 mètres. Valérie Maltais, la «fierté» de La Baie, a été piégée par les Sud-Coréennes, qui misaient sur trois patineuses en finale.

La jeune sensation Suk Hee Shim, âgée de 15 ans et qui a amélioré le record du monde du 1000m la semaine dernière à Calgary, a triomphé devant sa coéquipière Ha-Ri Cho. La Chinoise Jianrou Li a privé les Coréennes d'un triplé grâce à un effort in extremis dans les derniers mètres.

Maltais a terminé au cinquième rang. Bien en jambe en début de course, elle a admis avoir mal géré ses efforts.

«J'avais prévu avec mon entraîneur que j'allais attendre à la fin et me maintenir en avant de la course mais pas en première position, a expliqué Maltais. Je ne sais pas si c'est moi qui me suis excitée un peu trop. Mais j'ai trop donné rapidement. Je suis déçue de ma course, de ne pas l'avoir bien gérée.»

Chez les hommes, le Sud-Coréen Jinkyu Noh s'est imposé devant l'Américain J.R. Celski et le Russe Semen Elistratov. Michael Gilday, de Yellowknife, en tête pendant les premiers tours de l'épreuve, a finalement franchi le fil d'arrivée au cinquième rang.

La journée s'est terminée sur une fausse note pour les Canadiens, qui n'ont pas réussi à se qualifier pour la finale A du relais 5000m messieurs — formé de Charles et François Hamelin, Jean et Guillaume Bastille. Une maladresse de Jean en demi-finale les a coulés.

«J'ai fait une erreur, a-t-il dit. Mon dépassement était correct mais je me suis collé trop rapidement sur l'adversaire chinois. J'aurais dû garder mes distances pour conserver plus de vitesse et éviter l'accrochage à tout prix.»

Auparavant, le relais féminin — St-Gelais, Maltais, Gregg et Marie-Ève Drolet — a failli connaître le même sort à la suite d'une chute. Heureusement, elles ont réussi à reprendre la course rapidement et elles ont ensuite tiré profit d'une chute des Néerlandaises pour revenir et se qualifier pour la finale.

«Depuis l'an passé, nous avons toujours des vagues remplies de péripéties, a noté St-Gelais. Nous n'arrivons jamais à nous en tirer avec une bonne vague. Heureusement, on s'ajuste bien à ces malchances qui arrivent en courte piste. Ce n'est pas ce que nous voulions mais ça s'est bien fini.»

Dimanche, le Canada tentera de faire mieux avec la présentation des épreuves de 500m — la distance est disputée à deux reprises à cette Coupe du monde — ainsi qu'au 1000m en plus de la finale du relais chez les dames.

PLUS:pc