NOUVELLES
27/10/2012 07:15 EDT | Actualisé 27/12/2012 05:12 EST

Le Vatican ne retirera pas sa distinction au présumé pédophile Jimmy Savile

LONDRES - Le Vatican a annoncé samedi qu'il n'aurait jamais accordé une distinction papale à Jimmy Savile si le Saint-Siège avait été au courant des allégations voulant que la vedette de la télévision britannique était un pédophile, mais qu'il ne pouvait pas lui retirer son prix honorifique, puisque l'animateur est décédé.

L'Église catholique d'Angleterre a écrit au Vatican, la semaine dernière, lui demandant s'il pouvait retirer à M. Savile sa décoration de façon posthume, en raison des récentes allégations d'agressions sexuelles sur des mineurs le concernant. M. Savile, un populaire animateur d'émissions pour enfants de la BBC, est mort l'an dernier à l'âge de 84 ans.

L'Église a indiqué que son chef, l'Archevêque de Westminster Vincent Nichols, a présenté la demande en raison de la «grande détresse» des victimes alléguées et à la suite d'inquiétudes face à la possibilité que le nom de l'animateur demeure sur les listes des gens honorés par le pape­.

Le porte-parole du Vatican, le révérend Federico Lombardi, a cependant déclaré à l'Associated Press qu'il était impossible de retirer son prix à M. Savile, puisqu'il n'existait pas de liste permanente d'où rayer son nom. L'identité des personnes honorées n'apparaît pas dans le recueil annuel du Saint-Siège et la distinction disparaît avec la mort du récipiendaire, a précisé M. Lombardi.

Celui-ci a d'ailleurs précisé que le Vatican condamnait fermement tout type d'agression sexuelle envers les enfants.

M. Savile a été nommé chevalier commandeur de Saint-Grégoire le Grand par le pape Jean-Paul II en 1990, pour son implication dans des oeuvres caritatives. Il a également été anobli par la reine Elisabeth II pour ses oeuvres caritatives et pour son travail dans le milieu du divertissement.

La police croit cependant, désormais, que M. Savile est l'un des agresseurs sexuels au passé le plus tristement chargé, alors qu'un «nombre surprenant» de gens, soit environ 300 personnes, disent avoir été agressés par lui après son décès.

PLUS:pc