NOUVELLES
27/10/2012 09:52 EDT | Actualisé 27/12/2012 05:12 EST

La tempête approchant des É.-U. est plus menaçante que la somme de ses parties

WASHINGTON - La tempête qui menacera 60 millions d'Américains dans l'est des États-Unis dans seulement quelques jours avec ses forts vents, ses pluies abondandes, ses hautes vagues, ses inondations et probablement de la neige est bien plus qu'un système météorologique habituel. Il s'agit d'un monstre sans précédent.

Comment le tout s'est-il formé?

Il faut débuter avec Sandy, un ouragan typique de fin d'été provenant des Tropiques, se déplaçant vers le nord le long de la côte Est. Faites descendre un front de haute pression centré autour du Groenland, qui vient bloquer la trajectoire habituelle de l'ouragan consistant à s'éloigner des côtes, pour plutôt le renvoyer à l'ouest, vers la terre ferme.

Ajoutez à cela un front froid hivernal provenant de l'Ouest qui aide à attirer Sandy dans les terres, ainsi qu'un peu de vents provenant de l'Arctique pour obtenir une collision disproportionnée. Comptez par ailleurs sur l'effet de la pleine lune venant accentuer l'effet de la marée, ainsi que sur les énormes vagues habituellement provoquées par les ouragans de grande taille et les très forts vents.

Au final, ce monstre climatique devrait déverser sa puissance sur plus de 2000 kilomètres carrés, avec des prédictions allant jusqu'à 30 centimètres de pluie ou 60 centimètres de neige, en plus de vents variant entre 65 et 80 km/h.

Selon Louis Uccellini, le chef des prévisions environnementales des météorologues de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), il s'agit là d'un exemple ou le tout est supérieur à la somme des parties individuelles.

Aux yeux de Jeff Masters, directeur du service météorologique privé Weather Underground, cette tempête est particulièrement dangereuse, en plus de survenir à la toute fin de la saison des ouragans et au début de la saison hivernale.

Alors que Sandy devrait perdre les caractéristiques faisant d'elle une tempête tropicale, la NOAA a lancé des avertissements de forts vents et établit des mises en garde qui ne concernent pas les ouragans ou les tempêtes tropicales pour les régions côtières situées au nord de la Caroline du Nord, poussant certains météorologues de la télévision à se plaindre que l'ensemble créait de la confusion. Le risque, d'ailleurs, ne concerne pas uniquement les régions côtières. Pour Craig Fugate, de la Federal Emergency Management Agency, de grandes régions à l'intérieur des terres sont également menacées.

Selon M. Uccellini, la tempête s'étendra du Midwest jusqu'aux deux Carolines, ainsi que jusqu'en Nouvelle-Angleterre et dans le sud du Canada.

Dans un bulletin météo, jeudi, le prévisionniste de la NOAA Jim Cisco a parlé de «Frankenstorm», en référence au monstre du roman fantastique de Mary Shelley.

M. Cisco et d'autres ont laissé entendre que cette tempête était sans précédent. M. Uccellini, qui a écrit des textes sur des tempêtes hivernales, soutient que les meilleures comparaisons sont la Tempête parfaite de 1991 qui a touché la Nouvelle-Angleterre, et une tempête de novembre 1950. La nouvelle tempête risque cependant d'être plus forte et plus grande que la Tempête parfaite; elle frappera plus au sud, et affectera plus de gens.

La ville de New York, la région la plus peuplée du pays, serait particulièrement à risque d'être touchée par la tempête, entre autres en raison des vents très violents.

PLUS:pc