NOUVELLES
26/10/2012 05:06 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Ukraine: une vedette du soccer et une chanteuse veulent entrer au Parlement

KIEV, Ukraine - Les Ukrainiens désigneront dimanche les 450 membres de leur Parlement, près de trois ans après l'élection à la présidence de Viktor Ianoukovitch et de son Parti des régions. Les candidats en lice pour les législatives sont plus éclectiques que sérieux, estiment les observateurs.

Une chanteuse populaire au style vestimentaire extravagant, un joueur de soccer de renom fraîchement retiré des terrains, le fils d'un célèbre acteur: les partis politiques ukrainiens ont engagé des célébrités et même créé des partis d'opposition factices pour faire grimper leur côte de popularité et éliminer leurs adversaires dans la course électorale.

Une telle tactique soulève des questions sur l'engagement de l'Ukraine sur la voie de la démocratie et remet en cause ses espoirs d'intégration avec l'Europe de l'Ouest.

Les deux principaux partis d'opposition pro-Occident espèrent concurrencer le parti du président Ianoukovitch. Ils appellent à renverser la majorité parlementaire du Parti des régions et à revenir sur des décisions gouvernementales jugées anti-démocratiques par l'Europe de l'Ouest, notamment l'emprisonnement de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko.

Le Parti des régions a tenté d'améliorer son image au prenant comme colistière une ancienne diva de la pop, Taisia Povaliy, lui garantissant ainsi un siège au Parlement. Cette blonde de 47 ans, qui porte de longues robes décolletées et chante la souffrance de perdre l'amour, reconnaît que la politique n'a jamais été une vocation.

«Je n'a jamais pensé me présenter un jour aux élections législatives, je ne l'ai jamais prévu. Et je découvre que les gens — les électeurs eux-mêmes —veulent que je les représente», a confié la chanteuse Taisia Povaliy sur le plateau d'une émission de télévision.

Pour mener son parti Ukraine en avant de la course, l'ancienne alliée de Ioulia Timochenko, Natalia Korolevskaïa, a fait appel au joueur de soccer fraîchement retraité Andreï Chevtchenko et à l'acteur Ostap Stoupka, le fils de l'acteur de renom Bogdan Stoupka.

Autre célébrité en lice, l'ancien champion du monde de boxe Vitali Klitschko, 40 ans, a quant à lui quelques années d'expérience politique.

La campagne électorale est presque terminée et, selon les sondages d'opinion, il semble que la participation de ces célébrités à l'élection n'ait pas influencé les électeurs. Le parti de Natalia Korolevskaïa est même moins populaire qu'avant le recrutement de Andreï Chevtchenko, ce qui a contraint la chef de file du parti à remplacer les affiches de campagnes où on voyait les deux candidats côte à côte par des affiches où elle apparaît seule.

«De toute évidence, la volonté de manipuler le monde politique avec toutes sortes de stratégies douteuses est élevée, et elle comprend l'utilisation de personnalités politiques incompétentes, mais célèbres», explique Andreas Umland, chercheur en politique à l'université de Kiev.

Mais cette stratégie n'est pas forcément vouée à la réussite. «Elle démontre la stupidité de nos politiciens», croit Irina Bekeshkina, qui dirige un institut de sondage. «Au final, le votant n'a pas une réflexion rationnelle, quoiqu'elle n'est tout de même pas stupide.»

L'ancienne première ministre et chef de l'opposition, Ioulia Timochenko, a récemment été condamnée à sept ans d'emprisonnement.

PLUS:pc