NOUVELLES

Québec/corruption: un registre pour les marchés publics à l'étude (presse)

26/10/2012 12:01 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Le Québec planche sur la création d'un registre des sociétés autorisées à participer aux appels d'offres gouvernementaux et municipaux en réponse au scandale des marchés publics truqués qui secoue la province francophone, révèle vendredi la presse locale.

Le gouvernement des indépendantistes du parti Québécois, élu au début du mois de septembre, travaille sur un projet de loi créant un tel registre qui permettrait de sélectionner les sociétés éligibles aux appels d'offres en fonction de différents critères, dont celui de ne pas faire l'objet de poursuites.

La session parlementaire débute mardi et cette loi pourrait être la première soumise à l'Assemblée nationale.

"Pour faire affaire avec l'État, il y aura des conditions, et l'une d'elles sera de montrer patte blanche du point de vue de l'intégrité", a souligné une source gouvernementale au journal La Presse, qui dévoile ce projet de loi.

Il était impossible dans l'immédiat d'obtenir un commentaire du gouvernement québécois.

Cette initiative répond au grand déballage provoqué par une commission d'enquête qui cherche à faire la lumière sur les stratagèmes de corruption utilisés dans l'industrie du bâtiment à Montréal et dans sa région, y compris leurs liens avec le financement de partis politiques.

Appels d'offres truqués, cartel dirigé par des hommes d'affaires d'origine italienne, fonctionnaires corrompus et hommes politiques redevables de la mafia, les premiers témoignages ont confirmé les enquêtes menées par certains médias. Et donné à la métropole québécoise des allures de Palerme.

sab/bdx

PLUS:afp