NOUVELLES
26/10/2012 12:58 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Pas de vainqueur pour les Tours de France finis en jaune par Armstrong

Les sept Tours de France de 1999 à 2005 qu'avait terminés en jaune Lance Armstrong resteront sans vainqueur, comme l'a décidé vendredi la Fédération internationale de cyclisme (UCI) qui a préféré laisser des trous dans les palmarès de ces années vérolées par le dopage.

Après avoir rayé lundi d'un trait tous les résultats depuis le 1er août 1998 de l'ex-boss du peloton, l'UCI a évité l'absurde en optant pour "ne pas accorder les victoires à d'autres coureurs ou de modifier les classements de toutes les compétitions concernées".

C'est ce qu'avait réclamé le patron du Tour de France, Christian Prudhomme.

Car la totalité des dauphins d'Armstrong sur le Tour de France entre 1999 et 2005 ont été aussi impliqués dans des scandales de dopage, que ce soit l'affaire Festina, Puerto en Espagne ou T-Mobile en Allemagne.

Aussi, remplacer Armstrong, qui profitait certes d'"un système de dopage très sophistiqué" comme l'a décrit l'Agence antidopage américaine (Usada), par le Suisse Alex Zülle, les Allemands Jan Ullrich et Andreas Klöden, l'Espagnol Joseba Beloki ou encore l'Italien Ivan Basso, dont les carrières sont désormais aussi entachées, n'aurait eu guère de sens.

"Le comité directeur a reconnu qu'un nuage de suspicion resterait sur cette période noire", a précisé dans un communiqué l'UCI, qui avait convoqué une réunion extraordinaire, dans un lieu tenu secret, de sa direction pour régler les conséquences sportives de la chute du Texan.

La seconde conséquence est financière: déchu, l'ex-roi du peloton est prié de rembourser toutes ses primes liées aux courses. Rien que pour ses résultats sur le Tour de France, le Texan devra rendre ainsi près de 2,950 millions d'euros, lui qui s'est déjà vu réclamer par la société d'assurances SCA Promotions les 7,5 millions de dollars (5,8 millions d'euros) qu'elle avait dû lui verser pour ses victoires sur la Grande Boucle après un long bras de fer judiciaire.

Ses ex-coéquipiers, qui ont reconnu s'être dopés en témoignant dans l'enquête de l'Usada contre Armstrong, comme George Hincapie ou Levi Leipheimer, sont priés aussi de passer à la banque.

Reste quand même à appliquer cette décision, ce qui pourrait prendre du temps si Lance Armstrong, et les autres, rechignaient à s'exécuter...

Soumis à d'incessants appels à la démission visant le président de l'UCI Pat McQuaid et son prédécesseur Hein Verbruggen depuis la publication du dossier détaillé de l'Usada sur les années Armstrong, la fédération a "reconnu qu'une action décisive était nécessaire en réponse à ce rapport".

"Alors que le comité directeur a confiance dans le fait que d'énormes pas ont été faits dans la lutte contre le dopage depuis 2005, afin que l'UCI et le cyclisme puissent avancer avec la confiance de toutes les parties, l'instance dirigeante a décidé d'établir une commission externe totalement indépendante pour se pencher sur les différentes accusations dont a été l'objet l'UCI à propos de l'affaire Armstrong", a annoncé la fédération.

Une instance sportive autre que l'UCI sera choisie dans la semaine du 5 novembre pour nommer les membres de cette commission. Ceux-ci se mettront au travail le plus vite possible pour rendre un rapport avec des recommandations au plus tard le 1er juin 2013, selon le souhait de la fédération cycliste.

stp/pga/bvo

PLUS:afp