NOUVELLES
26/10/2012 05:43 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

L'Etat de New York en état d'urgence à l'approche de l'ouragan Sandy

Le gouverneur de l'Etat de New York a déclaré vendredi l'état d'urgence à l'approche de l'ouragan Sandy, qui pourrait toucher dans les prochains jours la côte nord-est des Etats-Unis après avoir fait 38 morts dans les Caraïbes.

Le gouverneur Andrew Cuomo a "déclaré l'état d'urgence dans (l'Etat de) New York pour se préparer à un impact potentiel de l'ouragan Sandy", indique-t-il dans un communiqué.

De son côté, le maire de la ville de New York Michael Bloomberg a précisé lors d'une conférence de presse que les autorités locales envisageaient un passage de la tempête sur New York dès dimanche soir.

Il a prévenu qu'il s'agissait d'"une tempête très dangereuse", et a invité les habitants à "rester attentifs aux informations publiées".

Sandy, qui a fait 38 morts dans les Caraïbes, traversait vendredi les Bahamas et menaçait de frapper juste après le week-end la côte très peuplée du nord-est des Etats-Unis, encore plus sévèrement que l'ouragan Irene qui avait tué 47 personnes en 2011.

Il pourrait toucher directement New York en début de semaine, selon les météorologues. Mais avant d'arriver, il pourrait être rétrogradé au rang de tempête tropicale, tout en restant accompagné d'importantes précipitations à partir de lundi.

"Nous travaillons avec nos partenaires fédéraux et locaux pour suivre les développements de la tempête et organiser une réponse coordonnée", a précisé M. Cuomo.

M. Bloomberg a indiqué pour sa part travailler "actuellement pour (...) assurer que s'il faut évacuer des gens, nous aurons à notre disposition 65 abris pleinement approvisionnés".

Le maire a ajouté qu'un arrêt de la circulation des trains de banlieue et des bus était possible. Les aéroports new-yorkais de JFK, LaGuardia et Newark, qui accueillent chaque jour des millions de voyageurs, pourraient également être paralysés.

Malgré tout, Michael Bloomberg a conseillé de ne pas céder à la panique, soulignant la possibilité que la tempête s'affaiblisse d'ici là, comme ce fut le cas pour Irene, ou ne passe pas directement sur la ville.

"Cette tempête pourrait juste nous faire dire: +Tiens, il pleut+ et rien de plus. Espérons que ce sera le cas", a-t-il lancé: "Nous pensions qu'Irene serait un vrai désastre pour notre ville et finalement nous n'avons eu pratiquement aucun dégât".

sms/sam-are/mdm

PLUS:afp