NOUVELLES
26/10/2012 04:44 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Les libéraux au N.-B. répliquent à l'inscription d'un chien à leur congrès

Les candidats à la direction du Parti libéral du Nouveau-Brunswick réitèrent leur confiance envers les organisateurs du congrès qui a lieu samedi.

Des libéraux reprochent aux progressistes-conservateurs de faire de la petite politique avec le chien Pitou Soucy.

Pour le candidat Michael Murphy, l'inscription du chien saucisse à la liste des électeurs met un peu de couleur à la campagne.

« Je souhaite la bienvenue à Pitou au congrès du Parti libéral et on attend ses commentaires », a déclaré Michael Murphy.

Personne n'a tenté de valider l'identité de Pitou, pas même les candidats qui avaient pourtant un rôle-clé dans ce processus, selon le directeur de l'association libéral, Léopold Mallet.

« Les candidats avaient aussi une date limite qu'ils pouvaient faire appel à la liste électorale, ça fait partie des règles à la chefferie, ça fait qu'ils pouvaient faire appel s'ils questionnaient certains enregistrements », explique M. Mallet.

Les candidats avouent qu'ils ont passé peu de temps à vérifier la liste des électeurs et qu'ils ont même envoyé à Pitou des demandes de soutien à leur candidature.

« On était moins préoccupés d'essayer de trouver des gens pas censés être là parce qu'on se fie que les gens vont faire ça de la bonne façon », explique le candidat Brian Gallant.

Le chef libéral par intérim, Victor Boudreau, déplore que le directeur général du Parti progressiste-conservateur, Jean-Paul Soucy, ait inscrit son chien pour qu'il puisse voter au congrès de direction, samedi.

Victor Boudreau estime que les progressistes-conservateurs devraient avoir d'autres chats à fouetter.

« Je trouve ça un peu décevant, je l'avoue. Je croirais que le Parti conservateur aurait des dossiers un peu plus sérieux que ça à travailler, à passer leur temps dessus. Nous avons une économie en situation de crise, et le directeur général du Parti conservateur s'amuse à inscrire son chien », déplore Victor Boudreau.

Les progressistes-conservateurs disent qu'ils voulaient ainsi vérifier l'efficacité du processus d'inscription à la liste des électeurs des libéraux.

PLUS: