NOUVELLES
26/10/2012 05:46 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Le père de Malala qualifie le rétablissement de sa fille de «miracle»

LONDRES - Le père de la jeune Pakistanaise Malala Yousufzai, hospitalisée au Royaume-Uni après avoir été attaquée par des talibans parce qu'elle milite pour l'éducation des filles, qualifie la guérison de sa fille de «miraculeuse» et estime que la blessure qu'elle a subie a marqué «un point tournant» pour le Pakistan.

L'adolescente de 15 ans a été blessée par balle à la tête et à la nuque le 9 octobre dans le nord-ouest du Pakistan.

Des militants islamistes ont revendiqué l'attaque et réitéré leur intention de tuer Malala pour l'empêcher de propager «la pensée occidentale» et la laïcité.

Son père Ziauddin, sa mère et ses deux frères sont arrivés à son chevet jeudi soir au Royaume-Uni.

Une photos diffusée par l'hôpital Queen Elizabeth de Birmingham, où elle se trouve, montre Malala dans son lit d'hôpital, la tête couverte par un foulard bleu, sa famille à ses côtés.

Ziauddin Yousufzai dit avoir craint au départ de devoir préparer les funérailles de sa fille. Il estime que l'état de celle-ci tient maintenant du «miracle» pour la famille.

«Elle se rétablit à une vitesse encourageante et nous sommes très heureux», a-t-il déclaré aux journalistes réunis à Birmingham.

Il s'est dit reconnaissant des prières et des bons voeux qu'il a reçus en provenance du monde entier, soulignant au passage que les forces de droite et de gauche du Pakistan s'étaient unies pour condamner l'attaque.

«Quand elle est tombée, le monde s'est figé. Elle se relèvera, elle se tiendra debout à nouveau. Elle peut se tenir debout», a lancé M. Yousufzai.

Un taliban a tiré sur Malala alors qu'elle faisait le voyage de retour à la maison dans son autobus scolaire à Mingora, dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan. Deux autres filles ont été blessées dans l'attaque.

Les fondamentalistes armés ont pris le contrôle de la vallée de Swat en 2007, avant d'en être chassés par l'armée en 2009. Les talibans y ont détruit de nombreuses écoles, la plupart pour les filles, en plus d'y mener des campagnes pour afficher leur opposition à la fréquentation de l'école par les filles.

Malala témoigne depuis plusieurs années des atrocités commises par les talibans au Pakistan.

L'attaque contre l'adolescente a soulevé l'indignation dans l'opinion publique pakistanaise, au-delà des clivages politiques et religieux. L'affaire a également suscité des condamnations dans le reste du monde.

PLUS:pc