NOUVELLES
26/10/2012 07:30 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Le Hamas accuse Israël d'avoir attaqué une usine militaire au Soudan

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a condamné vendredi l'attaque contre une usine militaire au Soudan imputée par Khartoum à Israël, lors d'un prêche pour la prière de l'Aïd al-Adha, une des fêtes musulmanes les plus sacrées.

"En notre nom et au nom du gouvernement, nous disons au Soudan, jusqu'où est arrivé le terrorisme sioniste à l'origine du bombardement d'une usine (militaire), que nous condamnons ce crime et réprouvons ce terrorisme", a déclaré M. Haniyeh.

Cette attaque "prouve encore une fois qu'Israël est un Etat hors-la-loi qui parraine le terrorisme dans la région et le nourrit dans le monde", a-t-il encore affirmé.

Le Soudan a accusé mercredi Israël d'avoir bombardé une usine militaire à Khartoum, faisant deux morts.

Un haut responsable du ministère israélien de la Défense a qualifié jeudi le Soudan d'"Etat terroriste dangereux", mais sans revendiquer explicitement le bombardement de l'usine de Khartoum.

En avril 2011, le Soudan avait déjà accusé l'Etat hébreu d'être derrière un mystérieux raid aérien contre un véhicule qui avait fait deux morts à Port-Soudan. Israël n'avait fait aucun commentaire. Un raid similaire avait été mené par des appareils étrangers sur un convoi d'armes dans l'est du Soudan en janvier 2009.

M. Haniyeh a également appelé le régime du président syrien Bachar al-Assad à relâcher son "emprise" sur la population des camps palestiniens en Syrie et "sur le peuple syrien frère, qui recherche sa liberté et sa dignité".

"Nous vivons la douleur de notre peuple (palestinien) dans les camps en Syrie, (qui comptent) des martyrs et des blessés, que cette effusion (de sang) cesse, et que soit relâchée l'emprise de la main criminelle sur les enfants de notre peuple palestinien en Syrie", a dit M. Haniyeh.

Cette déclaration intervient après la venue cette semaine de l'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, pour une visite historique dans la bande de Gaza, la première d'un chef d'Etat depuis que le Hamas en a pris le contrôle en 2007.

Le Qatar soutient la rébellion qui combat les troupes régulières en Syrie où une révolte populaire devenue conflit armé a fait plus de 35.000 morts, selon une ONG syrienne.

Damas a longtemps soutenu le Hamas, lui accordant de nombreux avantages et facilités en Syrie, mais dernièrement le mouvement islamiste palestinien a apporté son soutien aux rebelles syriens après que des camps de réfugiés palestiniens en Syrie ont été la cible de bombardements.

mi/tg/agr/sbh

PLUS:afp