Le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur du Québec, Jean-François Lisée, a sévèrement critiqué le candidat à la direction du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, au lendemain de la publication du recensement 2011 de Statistique Canada.

Malgré les données indiquant un recul du français au Québec, comme ailleurs au Canada, Justin Trudeau a déclaré qu'il ne souhaitait pas que la loi 101 soit renforcée.

De passage à Québec jeudi, le député libéral de Papineau a dit qu'il fallait éviter de relancer « les vieux débats » sur la langue.

« Je trouve qu'on est en train de reprendre de vieux débats sans comprendre que la majorité des gens dans Papineau, à Québec et partout au Québec sont axés sur leur emploi, sur l'économie, la santé et l'éducation de leurs enfants pour pouvoir participer pleinement à cette ère de mondialisation dans laquelle on vit « , a dit M. Trudeau.

Ce dernier croit qu'un resserrement de la loi 101 aurait pour effet de pénaliser les francophones désireux d'offrir les meilleures perspectives d'avenir à leurs enfants.

Mais selon Jean-François Lisée, Justin Trudeau « démontre aujourd'hui qu'il ne comprend rien au débat linguistique qui anime le Québec depuis 50 ans. De dire que renforcer la loi 101, ça empêcherait les Québécois d'être bilingues et de connaître l'anglais, c'est ne rien comprendre ».

Affirmant que les Québécois étaient « les plus bilingues » et même « les plus trilingues en Amérique du Nord », il a expliqué que la loi 101 « sert à faire en sorte que le Québec reste la langue prédominante au Québec de génération en génération ».

Se disant particulièrement préoccupé par la situation à Montréal, celui qui est aussi ministre responsable de la région de Montréal a attaqué les « tenants du déni », demandant « à partir de quelles proportions [le seuil de francophones] sur l'île deviendrait un problème ».

La faute à la dénatalité

M. Trudeau ne voit pas matière à inquiétude devant les plus récentes données de Statistique Canada qui révèlent une nouvelle diminution du poids relatif du français au pays, notamment à Montréal. À son avis, la perte de terrain du français résulte essentiellement de « la crise démographique » et de « la dénatalité qu'on vit au Québec ».

D'après Statistique Canada, la proportion de locuteurs qui utilisent exclusivement le français à la maison dans la région de Montréal est passée de 62,4 % en 2001 à 56,5 % en 2011.

À l'échelle canadienne, le déclin du français s'est poursuivi entre 2006 et 2011 alors que la proportion de gens ayant le français comme langue maternelle est passée de 22,1 à 21,7 %.

Le Parti québécois au pouvoir pense que ces résultats justifient son engagement électoral de renforcer la loi 101.

En point de presse, mercredi, la ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, a promis une réforme « vraiment costaude » de la loi afin d'assurer la pérennité de la langue officielle du Québec.

Mais Justin Trudeau, citant en exemple la composition ethnolinguistique de sa circonscription, conclut que la loi 101 porte ses fruits dans l'état actuel des choses et n'a pas besoin d'être révisée.