NOUVELLES

Plan commun sur la cybersécurité entre le Canada et les Etats-Unis

26/10/2012 07:44 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST
Alamy

Le gouvernement canadien a annoncé vendredi soir le lancement d'un plan commun avec les Etats-Unis sur la cybersécurité pour assurer notamment la protection de leurs infrastructures essentielles.

Ce plan est placée sous la supervision du ministère canadien de la Sécurité publique et du département américain de la Sécurité intérieure et s'inscrit dans le cadre des efforts des deux pays pour assurer la sécurité et la compétitivité économique du "périmètre" nord-américain, indique un communiqué.

"Nous tenons à travailler ensemble afin d'assurer la protection des systèmes cybernétiques essentiels, de rétablir les services en cas de perturbation et d'améliorer la sécurité du cyberespace pour tous les citoyens", a déclaré le ministre canadien de la Sécurité publique Vic Toews.

Ce plan "renforce les relations solides entre Sécurité publique Canada et le département de la Sécurité intérieure", a déclaré pour sa part la secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis, Janet Napolitano.

"Le Plan d'action vise précisément à améliorer la collaboration sur la gestion des cyberincidents entre les centres d'opérations en cybernétique des deux pays, à accroître la participation du secteur privé et l'échange d'information avec ce dernier, et à poursuivre la coopération entre le Canada et les États-Unis dans le but de promouvoir la cybersécurité auprès du public", indique le communiqué.

Cette annonce intervient après l'avertissement lancé au début du mois par une commission du Congrès américain, selon lequel des équipements de télécommunication fournis par les groupes chinois Huawei et ZTE pourraient être utilisés à des fins d'espionnage.

Après cet avertissement, le Canada a interdit à un ou des fournisseurs étrangers d'équipements de télécommunications de participer à la reconstruction d'un important réseau gouvernemental, cible de cyber-attaques en 2010 et 2011, mais sans dire s'il s'agissait du géant chinois Huawei, qui aurait manifesté son intérêt.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les dix commandements de Facebook