NOUVELLES
26/10/2012 06:53 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Angleterre - Wenger "surpris" qu'on parle de racisme dans le football

L'entraîneur d'Arsenal Arsène Wenger s'est déclaré "surpris" qu'on parle de racisme dans le football alors que selon lui le sport donne l'exemple dans la lutte contre ce fléau.

"Je suis surpris que ce soit devenu un si gros problème car le sport est un grand exemple de lutte contre le racisme. Soudain il semble qu'il y ait un problème dans notre sport, ce que je ne crois pas", a déclaré le Français lors d'une conférence de presse.

"Le sport a le grand avantage qu'on peut y mesurer les performances des gens. Si vous êtes bon, vous jouez. C'est pourquoi je pense que la société devrait suivre l'exemple du sport. On ne laisse jamais un joueur à l'écart pour des raisons raciales. On regarde simplement la qualité", a-t-il ajouté.

L'association "Quick It Out" (mets-lui un coup de pied) a lancé le week-end dernier une campagne contre le racisme dans le football, demandant aux joueurs de Premier League de porter un tee-shirt lors de l'échauffement d'avant-match, mais plusieurs joueurs noirs, dont Rio Ferdinand, ont refusé de s'y associer, apparemment pour signifier que les autorités ne faisaient pas assez dans ce domaine.

"Je ne crois pas qu'il y ait un problème spécifique en Angleterre. Cela dit, je ne suis pas à leur place et si certains joueurs noirs se sentent discriminés, il faut qu'ils en parlent", a estimé Wenger.

Le Français s'est également dit opposé à l'introduction de quotas pour favoriser les entraîneurs noirs.

"Je suis contre la discrimination. Je crois que quel que soit le métier, on devrait le faire uniquement parce qu'on le mérite et parce qu'on a les qualités pour le faire. Il faut favoriser l'accès de tout le monde aux postes d'entraîneur, mais mettre des quotas, c'est exactement le contraire de ce que le sport doit être. Le sport, c'est la compétition et la compétence", a-t-il dit.

"On pourrait dans ce cas se demander pourquoi laisser tel ou tel à l'écart alors qu'il est meilleur que celui qui est en place, simplement parce qu'il y a un quota. Ce serait aussi une forme de racisme", a-t-il estimé

"Il faut se battre pour la compétence, mettre des gens qui sont bons, qu'ils soient noirs, blancs ou rouges peu importe", a-t-il dit.

fbx/jcp

PLUS:afp