NOUVELLES

Un activiste tué au Caire lié à l'attaque du consulat américain à Benghazi

25/10/2012 05:00 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

L'activiste tué mercredi par les forces de sécurité au Caire était lié à l'attaque meurtrière menée le 11 septembre contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi (Libye), a annoncé jeudi une source des services de sécurité égyptiens.

Selon des médias égyptiens, cet activiste était un ressortissant libyen membre d'Al-Qaïda.

"L'homme armé tué mercredi au cours de perquisitions policières à Madinet Nasr, dans le nord-est du Caire, est lié au groupe qui a mené l'attaque sur le consulat des Etats-Unis à Benghazi", qui avait coûté la vie à l'ambassadeur Chris Stevens et à trois autres Américains, a affirmé la source sécuritaire.

Le groupe salafiste extrémiste Ansar al-charia avait été pointé du doigt après cette attaque.

Selon le journal indépendant Al-Masri al-Yom, qui cite le général Mohieddine Sayyed, un responsable du ministère de l'Intérieur, "les services de renseignements de Madinet Nasr ont reçu des informations faisant état de la présence d'un terroriste d'Al-Qaïda dans un bâtiment de Madinet Nasr".

"La police a perquisitionné dans l'appartement qu'il habitait et des affrontements ont éclaté avant qu'il soit tué par l'explosion d'un engin qu'il a fait détoner", a ajouté le général Sayyed.

Selon Al-Watan, un autre journal indépendant, il s'agissait d'un ressortissant libyen. "Les services de sécurité ont démantelé une cellule terroriste au Caire composée de sept membres, dont trois Libyens et deux Egyptiens", ajoute le journal sans préciser ses sources.

Selon le ministre de l'Intérieur, Ahmad Gamal cité par le quotidien gouvernemental Al-Gomhouriya, les services de sécurité "ont démantelé un groupuscule terroriste qui opérait à partir de trois appartements dans les quartiers de Madinet Nasr et Tagammo el-Khamès (est du Caire) dans lesquels ils cachaient des armes diverses, des munitions, bombes et engins explosifs".

Une source policière avait fait état mercredi de la mort d'un "activiste" présumé au Caire, précisant que les policiers avaient essuyé des tirs lorsqu'ils avaient essayé de pénétrer dans l'appartement transformé en salle de sport et que l'homme avait alors fait détoner un explosif.

La police égyptienne mène régulièrement des opérations d'envergure contre des criminels lourdement armés partout dans le pays et des islamistes dans la péninsule du Sinaï.

mon/feb/fc

PLUS:afp