Huffpost Canada Quebec qc

Une journée d'esquive pour Mitt Romney, questionné à propos de l'avortement

Publication: Mis à jour:
MITT ROMNEY
Getty Images

Mitt Romney a soigneusement évité de s'engager dans une controverse sur l'avortement jeudi, esquivant les questions avec discipline pour ne pas diluer son message: l'économie.

Dès neuf heures du matin, dans l'Ohio où il devait passer la journée, les journalistes ont profité d'un des rares moments de proximité avec le candidat républicain pour lui demander s'il allait retirer sa publicité de soutien à Richard Mourdock, candidat républicain au Sénat dans l'Indiana.

Issu des ultra-conservateurs du "tea party", Richard Mourdock a suscité la controverse mardi en réitérant son opposition au droit à l'avortement même en cas de viol et d'inceste, pour des raisons religieuses, une position différente de celle de Mitt Romney, favorable à ces exceptions.

Barack Obama a fermement condamné les propos, et sa campagne reproche au candidat républicain de rester solidaire de Richard Mourdock.

Il a reçu le privilège d'une publicité télévisée dans laquelle Mitt Romney appelle, face caméra, à voter pour lui. Mercredi, l'adversaire de Barack Obama lui a reconfirmé son soutien tout en notant: "Nous ne sommes pas d'accord sur la conduite à adopter dans les cas exceptionnels de viol ou d'inceste".

Cruel dilemme: se distancer de Mourdock et affaiblir un républicain qui pourrait lui être utile au Sénat? Ou le rejeter pour envoyer un message aux centristes?

Dans le restaurant First Watch de Cincinnati où son cortège fait étape ce matin, un premier journaliste l'interpelle; le candidat l'ignore et continue son chemin jusqu'à la caisse.

Une deuxième question sur le sujet, lancée à la caisse, reste sans réponse.

Mais son porte-parole répond promptement à une autre question: Mitt Romney a mangé une omelette aux poivrons et aux oignons.

Un peu plus tard, le candidat prononce 25 minutes de discours dans une entreprise industrielle, axé exclusivement sur l'économie, la santé, l'énergie et l'emploi.

Dans la salle, des employés, des supporters et beaucoup de femmes. Attendent-elles Mitt Romney sur le sujet?

"Je suis une femme et je pense qu'une femme devrait avoir le droit de disposer de son corps, mais l'Etat ne devrait pas payer pour ça", propose Ruthie Grogg, fonctionnaire de 32 ans. Mais selon elle la priorité reste l'économie.

Dix rangs plus loin, Pam Freeman, mère de famille de 41 ans, est fermement opposée à l'avortement, dans tous les cas: "une vie est une vie".

Mais "les questions de société peuvent attendre, ce qui compte maintenant c'est de faire repartir l'économie".

Après deux heures d'autocar, Mitt Romney visite une usine de transformation d'acier, Worthington Industries, dont le patron contribue généreusement au parti républicain.

Devant une machine servant à recycler l'hydrogène des fourneaux, Mitt Romney, lunettes de protection sur le nez, lance au petit groupe de journalistes accoutrés de vestes d'usine jaune fluo : "J'aime bien les vestes".

Un journaliste en profite pour lui reposer "la" question. Mitt Romney tourne les talons, et s'en va prononcer son deuxième discours du jour.

Entre temps, sa campagne a envoyé un courriel à la presse: un discours "sur l'économie américaine" est prévu vendredi dans l'Iowa.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Le dernier débat entre Obama et Romney
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Mitt Romney continue de soutenir un candidat républicain au Sénat ...

Républicaine, les propos ambigus de Mitt Romney à propos de l ...

La campagne américaine s'intensifie à douze jours du vote

Mais qui est vraiment Mitt Romney?

Avortement aux États-Unis : la question du viol divise

Sondage: Romney rattrape son retard sur Obama auprès des femmes

Mitt Romney et l'avortement : ni pour, ni contre, bien au contraire