NOUVELLES
25/10/2012 01:20 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Le père de Malala, victime des talibans, veut qu'elle rentre au Pakistan

ISLAMABAD - Le père de Malala, cette adolescente pakistanaise hospitalisée au Royaume-Uni après avoir été attaquée par des talibans parce qu'elle milite pour l'éducation des filles, a souhaité jeudi qu'elle rentre au Pakistan dès que son état le permettra, malgré les menaces de mort proférées contre elle.

Les médecins de l'hôpital de Birmingham ont fait savoir jeudi que Malala Yousufzai réagissait bien aux traitements. Son père devrait la rejoindre bientôt au Royaume-Uni.

L'adolescente de 15 ans a été blessée par balle à la tête et à la nuque le 9 octobre dans son autobus scolaire à Mingora, dans le nord-ouest du Pakistan. Opérée dans un hôpital militaire pakistanais, elle a ensuite été transférée à Birmingham pour recevoir un traitement spécialisé et être protégée. Les talibans ont revendiqué l'attaque et réitéré leur intention de tuer Malala pour l'empêcher de propager «la pensée occidentale».

Malala témoigne depuis plusieurs années des atrocités commises par les talibans au Pakistan. Les fondamentalistes armés avaient pris le contrôle de la vallée de Swat où elle habite en 2007, avant d'en être chassés par l'armée en 2009.

L'attaque contre l'adolescente a soulevé l'indignation dans l'opinion publique pakistanaise, au-delà des clivages politiques et religieux. L'affaire a également suscité des condamnations dans le reste du monde.

S'exprimant pour la première fois en public depuis l'agression de sa fille, Ziauddin Yousufzai a balayé d'un revers de la main les rumeurs selon lesquelles sa famille pourrait demander l'asile politique à l'étranger.

«Cela m'a d'abord fait rire, parce que tous nos sacrifices, mes (sacrifices) personnels ou cette attaque contre ma fille ne peuvent avoir pour simple objectif de nous faire aller dans un autre pays et y vivre pour le reste de nos jours!», a-t-il lancé à la télévision pakistanaise.

Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Rehman Malik, présent à ses côtés, a promis que le gouvernement protégerait Malala et sa famille à leur retour. Il a ajouté que l'adolescente avait commencé à parler et avait pu s'entretenir avec ses deux parents au téléphone. Elle a notamment demandé à son père de lui ramener des livres scolaires.

PLUS:pc