NOUVELLES

L'armée syrienne cessera ses opérations vendredi, ripostera aux attaques rebelles (communiqué)

25/10/2012 11:32 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

L'armée syrienne cessera ses opérations de vendredi matin à lundi, se conformant ainsi à une trêve proposée par l'émissaire international Lakhdar Brahimi, mais se réserve le droit de riposter en cas d'attaques rebelles, selon un texte lu jeudi à la télévision d'Etat.

"A l'occasion de l'Aïd al-Adha, le commandement des forces armées syriennes annonce l'arrêt des opérations militaires sur le territoire de la république à partir de vendredi matin et jusqu'à lundi", a indiqué l'armée dans ce communiqué.

L'armée "se réserve le droit de riposter si les groupes terroristes armés continuent à tirer sur les civils et les forces gouvernementales, à attaquer les biens publics et privés, ou à utiliser des voitures piégées et des bombes", poursuit toutefois le texte.

Le régime assimile rebelles et opposants à des "terroristes".

Les troupes pourront aussi faire usage de ses armes si les rebelles "renforcent leurs positions ou acheminent des combattants et des munitions" ou encore "si les pays limitrophes font passer des terroristes à travers leurs frontières".

Si ce cessez-le-feu est effectivement mis en place, il s'agira du premier à être respecté en Syrie, en proie depuis la mi-mars 2011 à une révolte populaire devenue conflit armé face à la répression.

Côté rebelles, l'Armée syrienne libre (ASL) a averti qu'elle ne cesserait les hostilités qu'une fois que les troupes de Bachar al-Assad auront fait taire leurs armes.

Mais le Front Al-Nosra, un groupe islamiste ayant revendiqué de nombreux attentats contre le régime, a rejeté la trêve.

Le 12 avril, un cessez-le-feu proclamé à l'initiative de Kofi Annan, le prédécesseur de M. Brahimi, et pour lequel les deux belligérants avaient donné leur accord, avait volé en éclats au bout de quelques heures, même si les combats avaient baissé en intensité.

rim/sk/sbh/cnp

PLUS:afp