NOUVELLES

Israël: le Likoud s'allie aux ultranationalistes pour les élections de janvier

25/10/2012 04:34 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

JÉRUSALEM - Le premier ministre israélien a annoncé jeudi qu'il s'alliait avec son ministre ultranationaliste des Affaires étrangères pour les élections législatives, créant ainsi un «super parti» qui semble déjà destiné à remporter le scrutin de janvier.

L'accord conclu entre le parti Likoud de Benyamin Nétanyahou et le parti Yisrael Beitenu d'Avigdor Lieberman fait de ce nouveau bloc le principal parti de la course électorale en Israël. L'alliance donne à M. Lieberman, un farouche opposant à toute concession aux Palestiniens, un rôle majeur dans les futures négociations de paix. Elle alimente aussi les spéculations sur une possible union des partis centristes.

«Israël doit unir ses forces pour son propre bien. C'est pourquoi le Likoud et Yisrael Beitenu vont faire campagne ensemble pour les prochaines élections», a annoncé le premier ministre Nétanyahou lors d'une conférence de presse.

«Nous demandons au public de nous donner le mandat de diriger Israël contre les menaces pour la sécurité, principalement pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et pour lutter contre le terrorisme», a-t-il ajouté.

Les Israéliens votent pour des partis politiques et non pour des candidats. Le chef du parti qui remporte le plus de sièges au Parlement devient généralement premier ministre d'un gouvernement de coalition.

Le Likoud est en avance dans les sondages sur les intentions de vote, mais le Parti travailliste a fait des gains en critiquant le bilan du gouvernement sortant sur les dossiers sociaux et économiques.

Les observateurs pensent que Benyamin Nétanyahou a décidé de s'allier à Yisrael Beitenu pour devancer la possible formation d'une alliance centriste dirigée par le Parti travailliste. Avec Yisrael Beitenu, le Likoud pourrait contrôler plus de 40 sièges sur 120 à la Knesset, soit environ deux fois plus que les travaillistes, selon les récents sondages.

Les députés de l'opposition ont estimé que la nouvelle alliance menait à la formation d'un parti extrémiste opposé à la paix, qui éloignera de nombreux électeurs modérés. La chef du Parti travailliste, Shelly Yachimovich, a appelé ses adversaires centristes à se rallier derrière elle.

«J'appelle toutes les forces centristes de la carte politique israélienne à se joindre aux travaillistes (...) pour ne pas laisser le gouvernement Nétanyahou-Lieberman diriger le pays», a-t-elle dit.

Mme Yachimovich a qualifié la nouvelle alliance de «raciste» et a appelé les électeurs modérés à choisir le Parti travailliste.

Au fil des ans, Avigdor Lieberman a été à la fois un allié et un rival de Benyamin Nétanyahou. En tant que ministre des Affaires étrangères, il a provoqué plusieurs incidents diplomatiques, notamment par ses critiques virulentes du président de l'Autorité palestinienne et d'autres dirigeants arabes.

M. Lieberman, originaire de l'ex-URSS, a séduit de nombreux immigrés soviétiques avec son message ultranationaliste, mais il a aussi été accusé de racisme pour avoir mis en doute la loyauté des Arabes israéliens.

PLUS:pc