NOUVELLES
25/10/2012 02:12 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Femmes, viol et grossesse: Barack Obama accroît la pression sur Mitt Romney

CINCINNATI - Le président Barack Obama, qui tente de rallier l'appui des femmes, a accru la pression sur son rival Mitt Romney jeudi, afin qu'il prenne ses distances d'un républicain qui a déclaré que si une femme devient enceinte après un viol, c'est par «la volonté de Dieu». Le candidat républicain a ignoré cette question sensible, s'accrochant à un ton optimiste en faisant campagne en Ohio, un État crucial pour la présidentielle du 6 novembre.

Le président Obama, qui achevait jeudi soir une tournée de 40 heures dans les États stratégiques, a fait un arrêt à Chicago afin d'y voter par anticipation, dans une tentative d'inciter les électeurs à profiter du vote anticipé.

Au cours de la journée, le président a fait des allusions répétées au républicain Richard Mourdock, candidat au Sénat pour l'Indiana, et à sa déclaration controversée sur le viol et la grossesse.

«Nous l'avons vu encore une fois cette semaine: je ne pense pas que les politiciens masculins devraient prendre des décisions de santé pour les femmes», a déclaré M. Obama devant une foule d'environ 15 000 personnes à Richmond, en Virginie. L'équipe du président est allée plus loin en présentant une vidéo où Mitt Romney exprime son appui à Richard Mourdock et en accusant le candidat républicain de courber l'échine devant la frange radicale du parti.

Mitt Romney, qui apparaît dans une publicité télévisée où il déclare son soutien à la candidature de M. Mourdock, a repoussé du revers de la main les questions des journalistes au sujet de la controverse lors d'un arrêt de campagne à Cincinnati.

«Cette élection ne porte pas sur moi», a déclaré M. Romney devant une foule de 3000 personnes réunies dans une usine de l'Ohio. «Cette élection ne porte pas sur le Parti républicain, mais sur les États-Unis. Cela concerne votre famille.»

Mitt Romney a désavoué les propos de Richard Mourdock, mais son équipe a indiqué qu'il continuait de soutenir sa candidature.

À mois de deux semaines de l'élection, les deux candidats mènent une campagne frénétique à travers le pays, dans une course qui apparaît de plus en plus serrée.

Les sondages d'opinion montrent que MM. Obama et Romney sont au coude-à-coude dans les intentions de vote nationales. Un nouveau sondage Associated Press-GfK indique que 47 pour cent des électeurs probables ont l'intention de voter pour Mitt Romney, contre 45 pour cent pour Barack Obama.

Le sondage montre aussi que Barack Obama a perdu ses 16 points d'avance sur Mitt Romney auprès de l'électorat féminin, mais qu'il a effacé une partie de son retard sur son adversaire républicain auprès des hommes. Le candidat républicain semble avoir marqué des points auprès des femmes en octobre en adoptant des positions plus modérées, après des mois de campagne très à droite.

L'issue de la course se décidera dans neuf États-clés: l'Ohio, la Floride, la Virginie, la Caroline du Nord, le New Hampshire, l'Iowa, le Wisconsin, le Nevada et le Colorado. Le défi des deux candidats est de cumuler des victoires qui leur permettront d'obtenir les 270 votes du collège électoral requis pour remporter la présidence.

L'équipe de Barack Obama a identifié au moins trois options possibles. Remporter l'Ohio, l'Iowa et le Wisconsin lui assurerait la victoire, tout comme l'Ohio, l'Iowa et le Nevada. Une combinaison de victoires en Iowa, au New Hampshire, au Wisconsin, au Nevada et au Colorado lui permettrait aussi d'être réélu.

L'équipe de Mitt Romney n'a pas publié de stratégie spécifique pour remporter les 270 grands électeurs requis. Mais sans une victoire en Ohio, le candidat républicain devra remporter tous les autres États-clés pour être élu à la présidence.

Environ 7,2 millions d'Américains ont déjà voté par anticipation, par la poste ou en personne, selon un décompte de l'université George Mason. Environ 35 pour cent des électeurs américains devraient avoir voté avant le jour du scrutin, une légère hausse par rapport à 2008.

Barack Obama a reçu un appui important jeudi: celui de Colin Powell, secrétaire d'État de l'ancien président républicain George W. Bush, qui l'avait déjà appuyé en 2008. M. Powell a salué sa gestion de la reprise économique lors d'une entrevue à l'émission «This Morning» de CBS. «Je pense que nous commençons à sortir du goufre et que nous prenons de l'altitude», a-t-il dit.

D'ici au 6 novembre, les deux candidats et leurs colistiers devraient passer presque toutes leurs journées à faire campagne dans les États-clés. Mitt Romney sera de nouveau dans l'Ohio vendredi et doit aussi faire un arrêt en Iowa. Il fera campagne en Floride et en Virginie durant le week-end.

Le président fera quant à lui une rare visite au New Hampshire vendredi. Il devrait ensuite être rejoint lundi par l'ancien président Bill Clinton pour une tournée en Floride, en Ohio et en Virginie.

PLUS:pc