NOUVELLES
25/10/2012 03:21 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Colonies israéliennes: un rapporteur de l'ONU veut boycotter les entreprises

Un rapporteur de l'ONU a préconisé jeudi de boycotter les entreprises dont les activités sont liées aux colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie en raison du caractère illégal de ces implantations.

Dans un rapport à l'Assemblée générale de l'ONU, le rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés Richard Falk "considère que toutes les entreprises qui opérent dans les colonies de peuplement israéliennes ou traitent avec elle (..) devraient être boycottées jusqu'à ce que leurs activités soient pleinement conformes aux normes et pratiques du droit international humanitaire".

Il demande à la "société civile" dans chaque pays de mener "de vigoureuses campagnes de boycottage, de désinvestissement et de sanctions" à l'encontre de ces entreprises. Plusieurs sont citées dans le rapport, dont les américaines Motorola, Caterpillar ou Hewlett Packard, le groupe bancaire Dexia et la française Veolia Environnement.

Au cours d'une conférence de presse, M. Falk a justifié cet appel inhabituel par le fait que l'Etat hébreu "continue de défier" les décisions de l'ONU qui dénoncent sa politique de colonisation. Celle-ci "viole les lois internationales humanitaires" et les entreprises visées sont complices de cette violation, a-t-il fait valoir.

Cet accent mis sur la responsabilité des entreprises "vient en partie d'une frustation devant l'échec des efforts de l'ONU", a-t-il expliqué. "Il y a le sentiment que ce que l'ONU dit ne compte pas vraiment", a-t-il ajouté tout en reconnaissant que son appel au boycott "constitue une innovation".

La colonisation, a aussi estimé M. Falk, "met gravement en danger" la création d'un Etat palestinien viable. "Plus ce processus est retardé, moins il est réaliste de croire qu'une colonie pourra être évacuée de façon à créer un Etat palestinien viable".

Des responsables américains et israéliens ont immédiatement critiqué l'appel au boycott, qualifié d'"irresponsable et inacceptable" par l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice. Pour Mme Rice, le rapporteur "s'est toujours montré très partial" et la poursuite de son mandat "nuit à la crédibilité de l'ONU".

Richard Falk "a une nouvelle fois produit un rapport grossièrement partisan (et) totalement coupé de la réalité", a affirmé la porte-parole de la mission israélienne Karean Peretz. "Tout en consacrant des pages et des pages à critiquer Israël, M. Falk passe totalement sous silence les violations terribles des droits de l'homme et les attaques terroristes commises par le Hamas".

avz/rap

PLUS:afp