NOUVELLES
25/10/2012 11:40 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Affaire Jimmy Savile : quelque 300 victimes potentielles

AP
FILE - This is a March 25, 2008 file photo of Sir Jimmy Savile. For decades, Jimmy Savile was a fixture on British television — an eccentric, aggressively jocular host of children's shows and a tireless charity fundraiser. A year after he died, aged 84 and honored as Sir Jimmy, several women have come forward to claim he was also a sexual predator and serial abuser of underage girls. The allegations have set off ripples of shock — but not of surprise. There had, colleagues said, long been rumors. The main question being asked now is: Why did no one do anything? (AP Photo/ Lewis Whyld/PA, File)

La police britannique enquêtant sur l'affaire Jimmy Savile, ex-animateur de la BBC accusé d'avoir agressé sexuellement des jeunes filles pendant plusieurs décennies, a annoncé jeudi avoir recensé quelque 300 victimes potentielles.

Outre l'ancien animateur, mort en 2011 à l'âge de 84 ans, d'autres personnes sont concernées par les accusations, a précisé le commissaire Peter Spindler, de Scotland Yard.

Toutes les victimes étaient de sexe féminin, à l'exception de deux cas impliquant des garçons, a-t-il dit, estimant que cette enquête marquait un "tournant décisif" dans la lutte contre les sévices sexuels à l'encontre des enfants.

La police a précisé avoir parlé avec 130 des 300 victimes qui se sont manifestées et avoir officiellement recensé 114 crimes ou délits.

La presse britannique a rapporté jeudi que les policiers britanniques s'intéressaient aussi aux agissements de trois médecins, qui ont travaillé dans des hôpitaux où Jimmy Savile aurait aussi sévi.

Jimmy Savile, vedette du petit écran en Grande-Bretagne dans les années 60-80, était un personnage excentrique, connu pour sa chevelure blond platine et ses costumes tape-à-l'oeil. Le DJ, qui était également impliqué dans des oeuvres caritatives, avait été anobli par la reine.

Cette affaire a plongé la BBC dans une profonde crise, le groupe audiovisuel public étant accusé de l'avoir étouffée. La BBC a présenté ses excuses et lancé des enquêtes internes pour déterminer notamment les raisons pour lesquelles une émission consacrée aux agissements supposés de Jimmy Savile avait été déprogrammée fin 2011.