NOUVELLES
24/10/2012 06:32 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Tunisie: des journalistes suspendent une grève de la faim

Six journalistes et employés du groupe de presse Dar Essabah, en conflit avec le pouvoir depuis plusieurs semaines, ont suspendu leur grève de la faim dans l'attente d'un accord sur le limogeage de leur patron, a appris l'AFP mardi auprès de la rédaction.

"Après une réunion entre le Premier ministre Hamadi Jebali et le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs tunisiens (Ugtt), ils ont décidé un compromis pour satisfaire nos demandes. Nous avons décidé de suspendre la grève", a indiqué Sofiène Ben Rejeb, l'un des organisateurs de la protestation.

Le groupe de grévistes de la faim avait déjà suspendu une première fois début octobre son action avant de la reprendre le 12 octobre après l'échec de négociations avec le gouvernement.

M. Ben Rejeb s'est dit "confiant" pour que l'accord soit signé "mardi ou mercredi" et qu'il aboutira au limogeage de Lotfi Touati, le directeur général du groupe de presse dont la nomination en août a déclenché ce conflit.

Les journalistes de Dar Essabah, qui publie notamment les quotidiens Essabah (en arabe) et Le Temps (en français), accusent M. Touati de vouloir influencer la ligne éditoriale de ces titres et d'être soumis aux islamistes d'Ennahda qui dirigent le gouvernement.

Les personnels de Dar Essabah exigent en outre le règlement de sommes impayées depuis neuf ans (primes, heures supplémentaires, etc.) et se posent en acquéreurs "prioritaires" en cas de vente des titres.

Dar Essabah emploie 200 personnes et était détenu à 80% par Sakher El-Materi, gendre du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, avant de passer sous le contrôle de l'Etat après la révolte de 2011.

alf/kl/sw

PLUS:afp