NOUVELLES
24/10/2012 12:39 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Pyongyang continue de se préparer pour un troisième test nucléaire (ministre sud-coréen)

La Corée du Nord continue de préparer un nouvel essai nucléaire, après ceux d'octobre 2006 et mai 2009, a affirmé mercredi à Washington le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Kwan-Jin.

"Il y a des risques qu'il y ait un troisième test nucléaire, c'est comme cela que nous voyons la situation. La Corée du Nord s'y prépare depuis pas mal de temps", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse conjointe au Pentagone avec son homologue américain Leon Panetta.

Selon M. Kim, la décision de conduire ce test dépend d'une "décision politique" de la part du régime de Kim Jong-Un, qui a succédé à son père Kim Jong-Il en décembre 2011.

Il faut donc selon lui parvenir à créer les conditions pour convaincre Pyonyang de reprendre les discussions à Six (Corée du Nord et du Sud, Chine, Etats-Unis, Japon et Russie). Elles ont pour but l'arrêt par Pyongyang de son programme nucléaire en échange d'une aide énergétique, mais elles sont gelées depuis décembre 2008.

Le régime semble "assez stable", selon le ministre sud-coréen. Kim Jong-Un tente de mettre en oeuvre des réformes économiques pour "améliorer le sort de la population".

Mais, a-t-il mis en garde, comme son père, Kim Jong-Un continue la politique de primauté à l'armée, qui vise à satisfaire les besoins de l'énorme armée nord-coréenne avant ceux de la population, et le nouveau dirigeant nord-coréen risque d'être "bien plus agressif" que son père en raison de son jeune âge.

"En fin de compte, on ne sait toujours pas s'il s'incrira simplement dans les pas de son père ou s'il propose une nouvelle façon de gouverner", a de son côté admis le secrétaire à la Défense américain.

Pyonyang a procédé en avril au lancement raté d'une fusée, chargée selon la Corée du Nord de mettre en orbite un satellite mais qui était en fait un missile à longue portée selon la communauté internationale.

Le Nord poursuit son comportement "provocateur", selon M. Panetta, qui a réaffirmé l'engagement américain à "fournir les forces et les moyens nécessaires pour assurer la sécurité sur la péninsule coréenne".

Les Etats-Unis comptent 28.500 soldats sur le territoire sud-coréen et lui garantissent un "parapluie nucléaire" en cas d'attaque.

mra/rap

PLUS:afp