NOUVELLES
24/10/2012 10:21 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Le dernier choc

Le berceau des hippies contre la ville des cols bleus du secteur industriel. La richesse de Silicon Valley contre la pauvreté d'une ville durement touchée par le ralentissement économique.

Difficile de trouver deux villes plus opposées que San Francisco et Détroit pour une Série mondiale. Et sur le terrain aussi, les Giants et les Tigers ont emprunté des chemins bien différents pour se rendre à la grand-messe du baseball majeur.

La série s'élance mercredi soir à San Francisco.

Les Tigers arriveront dans la ville du Golden Gate frais et dispos, après avoir écrasé les Yankees de New York en quatre matchs. Ils sont au repos depuis le 18 octobre.

À l'inverse, les Giants se plaisent à jouer avec le feu, sans jamais se brûler. Ils ont remporté la série de division face aux Reds de Cincinnati après avoir été en retard 0-2, avant d'éliminer les Cards de St. Louis en série de championnat de la Ligue nationale malgré un recul de 1-3.

La formation californienne présente donc une incroyable fiche de 6-0 dans les matchs où elle risque l'élimination.

Un titan contre des géants

Les deux équipes amorceront cette Série mondiale avec des lanceurs gonflés à bloc. Ceux des Giants ont permis un seul point à leurs trois derniers matchs, tandis que ceux des Tigers ont accordé six points à leurs cinq dernières sorties. Ils ont muselé au passage la redoutable attaque des Yankees.

Parmi tous ces artilleurs, un seul sort véritablement du lot : Justin Verlander, justement le partant des Tigers mercredi soir. À 29 ans, le droitier en sera déjà au deuxième départ de sa carrière dans le match numéro 1 d'une Série mondiale, après celle de 2006.

Depuis le début des présentes séries, Verlander affiche un dossier de 3-0, avec une moyenne de points mérités microscopique de 0,74 et 25 retraits au bâton en 24,1 manches.

Verlander sera confronté au vétéran Barry Zito, qui a limité ses rivaux à 2 points mérités en 10,1 manches en octobre.

Les exploits des deux lanceurs ont permis de passer sous le silence les séries modestes que connaissent les canons offensifs des deux clans. Miguel Cabrera, gagnant de la Triple couronne, compte un seul circuit et cinq points produits avec une moyenne de ,278 en neuf matchs. Quant à Prince Fielder, il ne frappe guère plus (,211, un circuit, trois points produits).

Pour les Giants, le receveur Buster Posey a produit sa part de points (6), mais frappe seulement pour ,178, alors que le voltigeur Angel Pagan a été limité à une moyenne de ,208, mais lui aussi avec six points produits.

Seul le colosse Pablo Sandoval a maintenu le rythme de la saison, avec trois circuits, neuf points produits et une moyenne de ,320.

Les Tigers visent un premier titre depuis 1984, tandis que les Giants ont enlevé la Série mondiale il y a deux ans.

PLUS: