NOUVELLES
24/10/2012 02:25 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Cartes prépayées: l'Union des consommateurs insatisfaite des nouvelles règles

MONTRÉAL - L'Union des consommateurs est loin d'être satisfaite des nouvelles règles fédérales en matière de cartes bancaires prépayées, estimant que celles-ci ne vont pas assez loin pour contrer les frais abusifs qui peuvent, dans le pire des cas, gruger la quasi-totalité de la valeur de ces cartes.

«Le problème réel de ces cartes, c'est le fait que les frais de gestion et tous les autres frais sont exorbitants comparativement aux montants qu'on met sur la carte», a indiqué Me Yannick Labelle, de l'Union des consommateurs.

«C'est là que le gouvernement fédéral aurait dû intervenir, parce que les provinces n'ont pas la compétence de le faire», a-t-il ajouté.

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a annoncé mercredi que les émetteurs de cartes bancaires prépayées ne pourront plus imposer de date limite à l'utilisation des fonds et ne pourront plus imposer des frais de tenue de compte durant une période d'au moins un an suivant l'émission de la carte. Ils devront de plus afficher clairement sur l'emballage des cartes tous les frais applicables.

Bien qu'il s'en réjouisse, l'organisme de protection des consommateurs déplore que les émetteurs de ces cartes, les grandes compagnies de crédit telles que American Express, Visa et MasterCard, puissent toujours agir à leur guise en ce qui a trait à une multitude d'autres frais.

«Nous aurions préféré qu'il n'y ait pas de frais de tenue de compte du tout, a affirmé Me Labelle. Il n'y a pas de compte à tenir, d'une part, et au fond pourquoi un consommateur devrait-il payer pour utiliser de l'argent qu'il a déposé lui-même? C'est son argent, ce n'est pas un crédit qui est mis à sa disponibilité.»

L'Union des consommateurs dit avoir recensé, dans le pire des cas, des frais pouvant atteindre 24 $ en un mois pour une carte ne valant que 25 $.

Ainsi, l'organisme a constaté dans le cas d'une carte Visa rechargeable de Poste Canada que l'utilisateur devait débourser 15 $ en frais d'activation, 3$ en frais de gestion mensuelle, 2 $ s'il utilisait un guichet ou obtenait une avance de fonds, 1 $ s'il plaçait un appel au service à la clientèle et 3 $ pour recharger la carte, soit un total de 24 $ pour une carte qui valait en principe 25 $ mais dont la valeur réelle, en bout de ligne, n'était plus que de 1 $.

L'Union des consommateurs fait valoir qu'il est de loin préférable, dans ces conditions, d'utiliser de l'argent comptant, une carte de débit ou une carte de crédit. L'organisme note que les frais des cartes prépayées sont de loin beaucoup plus élevés que ceux exigés pour l'utilisation d'une carte de crédit, ce qu'il juge absurde puisqu'il ne s'agit pas d'argent prêté mais bien de l'argent du consommateur lui-même, déboursé pour acheter la carte.

PLUS:pc