NOUVELLES
23/10/2012 05:21 EDT | Actualisé 23/12/2012 05:12 EST

OMC: des experts étudieront les taxes chinoises sur les voitures américaines

Un groupe d'experts a été mis en place mardi par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour examiner la légalité des droits de douanes imposés par la Chine sur des voitures américaines.

Cette étude est menée à la demande des Etats-Unis qui estiment que la Chine a "violé ses obligations" liées aux règles de l'OMC, aux accords anti-dumping et aux accords sur les subventions, indique-t-on de source proche de l'OMC.

A deux semaines de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, l'administration américaine a aussitôt salué la constitution de ce panel. "Nous ne resterons pas inactifs pendant que la Chine fait un mauvais usage des procédures commerciales et menace des emplois américains", a indiqué le représentant américain au Commerce extérieur Ron Kirk.

"Nous sommes déterminés à rappeler à la Chine ses obligations envers l'OMC et à s'assurer que les travailleurs et les entreprises américaines ne sont pas désavantagés", a-t-il indiqué dans un communiqué.

La Chine a indiqué de son côté regretter la demande américaine et aurait préféré régler ce conflit commercial de manière bilatérale.

Selon Pékin, les produits concernés "font l'objet de dumping sur le marché chinois et étaient subventionnés par les Etats-Unis, ce qui a causé des préjudices à l'industrie locale en Chine".

Les Etats-Unis avaient saisi début juillet l'OMC contre ces droits de douane imposés par Pékin et jugés "injustes".

Selon la Maison Blanche, ils concernent plus de 80% des exportations d'automobiles américaines en Chine.

Pékin avait annoncé en décembre 2011 des taxes antidumping et antisubvention sur les voitures importées des Etats-Unis d'une cylindrée supérieure à 2,5 litres, estimant qu'elles étaient vendues à perte.

Les conflits commerciaux se sont récemment multipliés entre les deux pays à l'heure où les exportations chinoises vers les Etats-Unis atteignent des niveaux sans précédent.

Mi-septembre, Washington avait ouvert un nouveau front en engageant une action devant l'OMC pour dénoncer les subventions que Pékin aurait illégalement versées à ses constructeurs automobiles.

mnb-jt/sl/lor

PLUS:afp