NOUVELLES

Ligue des champions - Arsenal cherche de l'air en Europe

23/10/2012 08:22 EDT | Actualisé 23/12/2012 05:12 EST

Arsenal cherchera un peu d'air frais en Europe, mercredi face à Schalke, alors que la crise menace en Championnat d'Angleterre, où les "Gunners" occupent seulement la neuvième place après une embarrassante défaite à Norwich, l'une des équipes les plus modestes de la Premier League.

Incapables de se créer la moindre occasion de but, les joueurs d'Arsène Wenger se sont inclinés 1 à 0 chez des "Canaries" qui n'avaient pourtant pas encore remporté le moindre match depuis le début de la saison.

Les Londoniens n'en sont eux qu'à trois succès en huit journées. Avec dix points de retard sur le leader Chelsea, leurs espoirs de se mêler à la course au titre sont déjà réduits à presque rien et c'est leur capacité à accrocher une place en Ligue des champions, ce qu'ils ont toujours fait depuis quinze ans, qui est désormais en doute.

Certes, le club est pénalisé par de multiples blessures. Wilshere et Sagna, absents depuis des mois, vont bientôt faire leur retour, mais Rosicky n'est toujours pas là et les "Gunners" ont entre-temps perdu Diaby, Walcott, Oxlade-Chamberlain et Gibbs. Ils jouent aussi avec leur troisième gardien Mannone, fautif sur le but encaissé à Norwich, à cause des blessures de Szczesny et de Fabianski.

La faute à la malchance donc, mais aussi et avant tout à la saignée subie depuis deux saisons par un club devenu une destination de deuxième ordre pour les stars du foot mondial.

Privés en deux mercatos de leur capitaine Cesc Fabregas, de leur meilleur buteur Robin Van Persie (30 buts l'an passé en Premier League), de leur meilleur passeur Alex Song (11 passes), et aussi de Samir Nasri et de Gaël Clichy, les "Gunners" pouvaient difficilement espérer échapper au déclassement qui se profile, voire à une certaine perte d'identité.

Ainsi l'équipe, qui compensait souvent ses lacunes défensives par une grande créativité, se signale désormais par une inquiétante stérilité en attaque. Si l'on excepte le 6 à 1 infligé au très faible Southampton, Arsenal n'a marqué que sept buts en Premier League, soit un par match, très loin de ses moyennes de naguère (1,95 par match en 2011-2012, 1,89 en 2010-2011, 2,18 en 2009-2010).

"Il y a eu une grosse différence entre notre temps de possession et le nombre d'occasions que nous avons eues, c'est dû à la défense de Norwich mais aussi au fait que nous n'avons pas créé beaucoup", a reconnu Wenger après le pauvre match de samedi.

C'est que les deux attaquants recrutés cet été, Lukas Podolski et Olivier Giroud, peinent à faire oublier Van Persie. Avec deux buts pour l'Allemand et un pour le Français, le duo a été deux fois moins productif que le Néerlandais à lui tout seul sous son nouveau maillot de Manchester United.

En Ligue des champions toutefois, la situation reste très favorable après deux victoires sur Montpellier et Olympiakos. Une victoire sur Schalke donnerait déjà une option sur les huitièmes de finale aux Londoniens. Statistiquement, ils peuvent envisager leur soirée avec sérénité. Aucun équipe étrangère n'est venue gagner chez les "Gunners" depuis 45 matches en près de dix ans.

fbx/jgu

PLUS:afp