NOUVELLES
23/10/2012 02:27 EDT | Actualisé 23/12/2012 05:12 EST

L'Aquila: quatre experts démissionnent après la condamnation de scientifiques

ROME - Quatre influents experts italiens, spécialistes des catastrophes naturelles, ont démissionné mardi pour protester contre la condamnation de leurs anciens collègues à six ans de prison pour avoir sous-estimé les risques avant le séisme meurtrier de L'Aquila en 2009.

Le président de la Commission italienne «grands risques», Luciano Maiani, a déclaré qu'à la suite de la décision du tribunal, il ne pouvait pas travailler «efficacement et en toute sérénité». Deux autres membres de la Commission ont démissionné mardi.

Un responsable du ministère de la Sécurité civile a également annoncé sa démission.

Lundi, sept scientifiques et experts de la Commission italienne «grands risques» ont été condamnés à six ans de prison chacun pour homicide involontaire par un tribunal italien. Selon le procureur, les experts n'ont pas informé la population correctement lorsque des secousses de faible intensité ont été ressenties, avant le séisme du 6 avril 2009, dans lequel plus de 300 personnes ont été tuées.

Des scientifiques du monde entier avaient dénoncé le procès, le jugeant ridicule et soulignant que la science ne peut pas prédire les tremblements de terre.

On retrouve parmi les condamnés de lundi certains des sismologues et des géologues italiens les plus réputés du monde, notamment Enzo Boschi, l'ancien directeur de l'Institut national de géophysique et de volcanologie.

«Je suis découragé, a-t-il déclaré après la lecture du verdict lundi. Je pensais que je serais acquitté. Je ne comprends toujours pas de quoi j'ai été reconnu coupable.»

La plus importante agence scientifique multidisciplinaire de la planète, l'American Association for the Advancement of Science, a condamné les accusations et le verdict, estimant qu'ils témoignent d'une incompréhension totale de la sismologie.

Sur Twitter, plusieurs ont comparé ce verdict à la condamnation de Galilée pour hérésie en 1633. Galilée insistait pour dire que la Terre tournait autour du Soleil et non l'inverse, comme l'affirmait l'Église catholique de l'époque.

PLUS:pc