NOUVELLES

La CAQ souhaite un directeur indépendant du budget

23/10/2012 01:08 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

La Coalition avenir Québec (CAQ) propose la création d'un poste de directeur parlementaire du budget, une fonction qui existe à Ottawa. Cette mesure vise à accroître l'intégrité du gouvernement. Elle appelle par ailleurs le maire de Montréal à se retirer de son poste le temps de la commission.

Ce fonctionnaire aurait pour tâche d'évaluer la valeur des engagements pris par le gouvernement - comme la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly II ou l'annulation de l'augmentation des frais de scolarité dans le présent gouvernement.

Le directeur parlementaire du budget serait également chargé de dresser un portrait non partisan des finances publiques. Le chef de la CAQ, François Legault, déplore que les partis politiques portés au pouvoir abandonnent des promesses électorales sous prétexte que les finances publiques sont en plus mauvais état qu'ils ne le croyaient.

« C'est comme si ce n'était plus possible d'avoir un portrait des finances publiques », déplore M. Legault. « Or, le directeur parlementaire du budget se rapporterait directement à l'Assemblée nationale, donc il serait indépendant des partis politiques. »

La CAQ présentera un projet de loi proposant la création du poste de directeur parlementaire du budget au cours de la prochaine session. Le Parti québécois avait présenté un projet de loi en ce sens en février dernier, mais la mesure ne figurait pas à son programme.

Tremblay doit partir, selon la CAQ

Le chef de la CAQ, François Legault, et le député Jacques Duchesneau laissent entendre que le maire de Montréal, Gérald Tremblay, devrait se retirer de son poste le temps que la commission Charbonneau face la lumière sur le système de corruption qui semblait sévir à la Ville au cours des années 2000.

M. Duchesneau s'est cité en exemple pour illustrer la voie que le maire Tremblay devrait emprunter. « Il n'y a pas si longtemps, en novembre 2010, on m'accusait de toutes sortes de choses », explique M. Duchesneau au sujet d'allégations de financement douteux qui ont émergé à la suite de sa campagne électorale à la mairie de Montréal. « Je pense que j'ai eu la décence de me retirer, d'attendre d'être blanchi, et je suis revenu plus fort. Alors c'est peut-être un conseil que je donne. »

Le chef de la CAQ abonde également dans ce sens. « Je pense qu'au-delà de savoir qui savait, il y a un problème de gestion à la base, explique M. Legault. Et, je pense qu'ils n'ont plus beaucoup d'autorité morale. Je pense qu'il devrait y penser [à se retirer] sérieusement. »

PLUS: