NOUVELLES

Tour de France - Les plus retentissantes affaires de dopage du Tour

22/10/2012 07:33 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

Le décès du Britannique Tom Simpson en 1967 a ouvert la liste des affaires de dopage les plus retentissantes dans le Tour de France, jusqu'à la sanction frappant lundi l'Américain Lance Armstrong, privé de ses sept victoires par l'Union cycliste internationale (UCI).

Les principales affaires de dopage concernant le Tour de France:

1967: le Britannique Tom Simpson, champion du monde deux ans plus tôt, décède le 13 juillet sur les pentes du Mont Ventoux pendant le Tour de France. Le dopage s'impose à la une.

1978: en plein contrôle antidopage, le Belge Michel Pollentier, maillot jaune du Tour, est surpris en flagrant délit de tricherie à l'Alpe d'Huez. Il est exclu sur-le-champ.

1988: l'Espagnol Pedro Delgado est déclaré positif à un diurétique (probenicide), aux effets masquants. Le maillot jaune peut continuer la course. Le produit, qui figure sur la liste du CIO, n'est pas sur celle de l'UCI (Union cycliste internationale).

1998: la totalité de l'équipe Festina, dont Richard Virenque, est exclue pour dopage organisé. La suite de l'épreuve est rythmée par les descentes de policiers et les auditions de coureurs. Les équipes espagnoles quittent la course.

2002: l'épouse de Raimondas Rumsas, troisième du Tour, est arrêtée pour importation illicite de médicaments. Le coureur lituanien est contrôlé positif l'année suivante au Giro.

2006 (juin): plusieurs favoris (Ullrich, Basso, Mancebo), ainsi que l'équipe Astana de Vinokourov, ne sont pas autorisés à prendre le départ à cause de l'affaire Puerto, un réseau de dopage sanguin organisé en Espagne autour du Dr Fuentes.

2006 (juillet): quatre jours après sa victoire à Paris, l'Américain Floyd Landis est déclaré positif à la testostérone. Après plus d'un an d'une procédure dispendieuse, Landis est déclassé au profit de l'Espagnol Oscar Pereiro et suspendu pour deux ans.

2007: le Kazakh Alexandre Vinokourov est contrôlé positif (transfusion homologue). Plus tard, le porteur du maillot jaune, le Danois Michael Rasmussen, quitte le Tour sous la pression de son équipe pour avoir menti sur sa localisation d'avant-course.

2008: l'Italien Riccardo Ricco, l'un des favoris du Tour, est contrôlé positif à l'EPO Cera. Son coéquipier italien Leonardo Piepoli, l'Autrichien Bernhard Kohl (3e et meilleur grimpeur) et l'Allemand Stefan Schumacher, vainqueur des deux contre-la-montre, sont eux aussi convaincus de dopage sanguin par des contrôles a posteriori.

2011 (mars): le Tribunal arbitral du sport (TAS) donne raison à l'Union cycliste internationale (UCI): l'Italien Franco Pellizotti est suspendu et déclassé du Tour 2009 dont il a enlevé le maillot de meilleur grimpeur.

2010: Alberto Contador est déclaré positif pour d'infimes traces d'un produit interdit. Au terme d'une interminable procédure devant le TAS, l'Espagnol perd début 2012 sa victoire sur le tapis vert au profit du Luxembourgeois Andy Schleck.

2012 (août): l'agence antidopage américaine (Usada) radie à vie Lance Armstrong et le prive de ses sept victoires, entre 1999 et 2005.

2012 (octobre) : l'UCI suit le rapport de l'Usada et prive Lance Armstrong de ses sept succès.

jm/pga/bm

PLUS:afp