NOUVELLES

Navire retenu au Ghana: le ministre argentin des Affaires étrangères à l'ONU

22/10/2012 11:41 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

Le ministre argentin des Affaires étrangères, Hector Timerman, a demandé lundi à New York l'aide des Nations unies afin d'obtenir la libération du navire-école Libertad, sans obtenir gain de cause.

Le Libertad est retenu depuis le 2 octobre au port de Tema, au Ghana, à la demande du fonds spéculatif NML, basé aux îles Caïmans, qui réclame à Buenos Aires une dette de plus de 370 millions de dollars (283 millions d'euros).

"Saisir un navire de guerre qui bénéficie de l'immunité en vertu du droit de la mer fait peser un grave risque sur tous les bâtiments militaires qui naviguent aujourd'hui sur tous les océans", a affirmé à la presse le ministre argentin après ses entretiens avec des responsables de l'ONU.

"Le Ghana réduit à néant une loi qui garantit la libre navigation des navires militaires", a-t-il ajouté. "L'Argentine veut que les Nations unies fassent respecter le droit international".

Ses arguments n'ont cependant pas convaincu le président en exercice du Conseil de sécurité, l'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, qui a répondu que le Conseil n'était pas compétent en la matière.

"Le Conseil s'occupe de maintenir la paix et la sécurité internationales et cette affaire ne menace pas vraiment la paix internationale", a-t-il estimé. Il a cependant reconnu qu'il s'agissait d'un "problème de droit international".

Selon l'Argentine, la décision du Ghana de retenir le navire viole les traités internationaux, et c'est pourquoi la présidente argentine Cristina Kirchner a envoyé le chef de sa diplomatie à l'ONU, où il a aussi rencontré lundi le secrétaire général de l'organisation Ban Ki-moon et le président de l'Assemblée générale, Vuk Jeremic.

mar/avz/lor

PLUS:afp