NOUVELLES

Le numéro 2 d'Al-Qaïda au Yémen dément sa mort dans un message audio (SITE)

22/10/2012 03:22 EDT | Actualisé 21/12/2012 05:12 EST

Le numéro deux d'Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (Aqpa), le Saoudien Saïd Ali al-Chehri, a démenti dans un message audio mis en ligne par Aqpa avoir été tué par l'armée dans l'est du Yémen, selon le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE.

Dans un message de 11 minutes intitulé "les évènements et les leçons", produit par la branche médias d'Aqpa et mis en ligne sur des forums jihadistes samedi, Chehri a accusé les autorités yéménites d'avoir menti sur sa mort pour couvrir celle de civils tués par un aéronef américain.

"Le gouvernement yéménite n'a pas cessé de revendiquer le meurtre de musulmans innocents à Al-Baidha pour le compte des Etats-Unis, et quand il s'est rendu compte que les gens n'avalaient pas ce mensonge, il en a crée un autre pour faire oublier tout cela, et a annoncé la mort de Saïd al-Chehri, comme si le meurtre de moujahidine par l'Amérique était une victoire pour l'islam et les musulmans", a déclaré Chehri.

Le 10 septembre, le ministère yéménite de la Défense avait annoncé que le numéro deux d'Aqpa avait été tué en même temps que "six terroristes" dans une opération de l'armée dans la vallée du Hadramout, affirmant avoir porté ainsi un "coup dur" au réseau extrémiste.

Les attaques visant les membres d'Al-Qaïda, souvent attribuées à des drones américains, se sont multipliées récemment au Yémen.

Les autorités yéménites ont chargé une délégation tribale d'enquêter sur la mort de civils tués lors d'un raid mené par un avion qui pourrait être un drone américain, dans le centre du pays début septembre. Le raid visait un chef local d'Al-Qaïda qui avait échappé à l'attaque.

Al-Qaïda n'avait pas confirmé la mort de Chehri, alias Abou Soufyane Al-Azadi, et Ryad avait indiqué mi-septembre ne pas avoir confirmation de son décès.

Chehri, un ancien détenu de Guantanamo remis aux autorités saoudiennes en 2007, avait suivi un programme de réhabilitation mis en place par Ryad pour ses ressortissants de retour de la prison américaine, mais s'était échappé pour rejoindre les rangs d'Al-Qaïda au Yémen.

Aqpa est née en janvier 2009 de la fusion des branches saoudienne et yéménite d'Al-Qaïda, après les coups durs portés au réseau en Arabie saoudite.

bur-cnp/tm

PLUS:afp