NOUVELLES
22/10/2012 08:17 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

La Canadienne Rebecca Marino a retrouvé l'équilibre et le plaisir de jouer

MONTRÉAL - À l'âge de 20 ans, l'avenir de Rebecca Marino semblait tout tracé. Joueuse de l'année 2011 au Canada, la Britanno-Colombienne s'était même permis une incursion jusqu'au 38e rang mondial après, notamment, une participation au troisième tour à Roland-Garros.

Mais après une sortie rapide aux Internationaux d'Australie en janvier dernier, Marino a décidé de laisser sa place en Fed Cup pour des «raisons familiales», avant d'annoncer en mars dernier qu'en raison d'un épuisement mental et physique, elle quittait momentanément le tennis professionnel.

Après sept mois à l'extérieur des courts, la jeune femme a maintenant retrouvé l'équilibre et surtout, le goût de jouer.

«Tout a changé au cours de ces sept mois hors des courts, à commencer par les tournois: j'ai quitté ceux de la WTA pour me retrouver sur l'ITF, a lancé Marino lundi, au cours d'une téléconférence. Mais ça m'a surtout permis de prendre un peu de recul, de voir ma vie à l'extérieur des courts d'un autre oeil.

«D'avoir des amis qui ont d'autres champs d'intérêts que le tennis m'a aidé à garder les pieds sur terre, à me garder près de mes racines. Tout comme de faire des choses simples: de passer du temps avec ma famille ou avec mes chiens, d'aller pour un café avec une amie, ce genre de trucs.»

Dimanche, elle a remporté son premier tournoi depuis son retour, le Challenger de Rock Hill, en Caroline du Sud.

«Je suis évidemment très heureuse de cette victoire, mais surtout de l'avoir acquise après être passée par les qualifications, d'avoir dû jouer huit matchs au cours de la même semaine. Je suis un peu fatiguée mentalement, mais je suis prête pour cette semaine», a-t-elle dit au sujet du Challenger de Saguenay, qu'elle a remporté en 2010.

Marino savait qu'elle allait revenir sur les courts à un certain moment, elle ne savait juste pas quand elle en aurait envie.

«J'ai commencé à m'ennuyer beaucoup du tennis et je suis retournée frapper quelques balles. J'ai alors réalisé que je voulais revenir bientôt, avant la fin de l'année.»

Prévoyante, elle avait demandé un classement protégé à la WTA, ce qui lui garantira le 115e échelon à compter de janvier 2013 — elle occupe actuellement le 767e — et lui ouvrira donc les portes de plusieurs tournois.

Elle a aussi fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter à l'avenir un autre épisode d'épuisement comme celui qu'elle a connu. La première étape a été de retourner en Colombie-Britannique, où elle s'entraîne maintenant à temps plein.

«Montréal a été super pour mon développement, mais je crois être en mesure de passer à la prochaine étape en m'entraînant à la maison. Je crois que ça aura des effets bénéfiques à long terme pour ma carrière.»

À moyen terme, Marino vise une participation aux Internationaux d'Australie. En attendant, en plus de Saguenay, elle souhaite participer aux tournois de Toronto, Phoenix, Auckland et Hobbart.

«Phoenix, ce sera peut-être un petit peu serré, car ça commence à être drôlement congestionné, a noté Marino. Mais c'est l'objectif d'ici Melbourne.»

PLUS:pc