NOUVELLES

Le ministre Jim Flaherty veut privatiser la SCHL d'ici cinq à 10 ans

22/10/2012 10:26 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST
CP

TORONTO - Le ministre fédéral des Finances Jim Flaherty envisage de privatiser la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) d'ici cinq à 10 ans, rapporte lundi le Globe and Mail. Le ministre voudrait qu'Ottawa se désengage complètement du marché de l'assurance hypothécaire.

Dans une entrevue accordée au quotidien torontois, M. Flaherty dit avoir tenté de modifier le marché hypothécaire canadien pour éviter l'éclatement d'une bulle, un scénario aux graves conséquences survenu aux États-Unis.

Le ministre explique également qu'il voulait réduire la part de risque à laquelle étaient exposés les contribuables canadiens via la SCHL, qui domine le marché de l'assurance hypothécaire. La privatisation de la société de la Couronne serait un pas dans cette direction, indique le Globe, même si certains économistes s'interrogent sur l'utilité de l'abandon, par Ottawa, d'un tel levier sur le marché immobilier.

M. Flaherty a déjà agi à quatre reprises pour restreindre les conditions d'accessibilité à la propriété, resserrant les normes hypothécaires en réduisant entre autres l'étalement maximal des prêts de 30 à 25 ans.

Les ventes de maison ont diminué de façon importante au pays pendant la période suivant immédiatement l'annonce des dernières modifications apportées par le ministre, qui sont entrées en vigueur le 9 juillet. Plusieurs acteurs du secteur immobilier croient d'ailleurs que M. Flaherty est allé trop loin.

Des économistes craignent toutefois que ces modifications n'auront pas d'impact suffisant à long terme, et puisqu'il semble de plus en plus probable que les taux d'intérêt demeureront bas pendant longtemps, ceux-ci sont persuadés l'accroissement de l'endettement hypothécaire des ménages reprendra bientôt sa course.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'économie canadienne en terrain miné