NOUVELLES
22/10/2012 01:52 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

Guinée-Bissau: l'ONU dénonce le contre coup d'Etat, appelle au calme

Les Nations unies ont "condamné" lundi l'attaque d'une caserne en Guinée-Bissau, présentée par le nouveau régime comme une tentative de contre coup d'Etat, et ont appelé au calme.

"Nous appelons au calme et nous demandons à tous de résoudre leurs divergences par des moyens pacifiques, dont le dialogue", indique un communiqué de l'ONU.

"Les Nations unies continueront de travailler avec la Guinée-Bissau et ses partenaires internationaux, notamment l'Union africaine, la Cédéao, la Communauté des Etats de langue portugaise et l'Union européenne pour appliquer la résolution 2048" exigeant le retour à l'ordre constitutionnel dans le pays, ajoute le communiqué.

Le représentant spécial de l'ONU en Guinée-Bissau, Joseph Mutaboba, est en contact avec les autorités locales et suit la situation de près, souligne l'ONU.

Aux termes de sa résolution 2048, adoptée en mai dernier, le Conseil de sécurité avait décidé des sanctions ciblées contre cinq responsables du coup d'Etat du 12 avril en Guinée-Bissau et demandé le retour immédiat à "l'ordre constitutionnel".

Dimanche, un groupe d'hommes armés a tenté de prendre d'assaut une caserne de l'armée de terre, près de l'aéroport de la capitale Bissau. Ils ont pris la fuite après une heure d'échanges de tirs qui ont fait sept morts.

Les assaillants étaient dirigés par le capitaine Pansau N'Tchama, considéré comme un proche de l'ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior, renversé le 12 avril. Le nouveau régime a accusé le Portugal d'avoir soutenu une tentative de contre coup d'Etat.

avz/bdx

PLUS:afp