NOUVELLES

Allemagne/Violences: la DFL sous pression des politiciens et policiers

22/10/2012 12:01 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

La Ligue allemande de football (DFL) a été mise sous pression lundi par les politiciens et les policiers réclamant que des mesures soient prises après les violences qui ont entaché le derby de la Rhur Dortmund-Schalke (1-2), samedi en Championnat d'Allemagne.

Des violentes confrontations entre supporteurs des deux équipes et les forces de l'ordre, dans le centre-ville avant la rencontre, ont fait 11 blessés, dont huit policiers, et entraîné pas moins de 180 arrestations.

"Ces confrontations montrent clairement qu'il est temps d'agir. Malgré les discussions de l'été, il n'a visiblement pas été possible d'endiguer la violence dans les stades de football", a déclaré Lorenz Caffier, président des ministres de l'Intérieur des Etats régionaux, à Sport Bild.

"Les violences entre supporteurs adverses mais aussi contre les policiers ne doivent pas être tolérées par les clubs et les politiciens. Assez parlé, il est l'heure d'agir", a-t-il lancé, soulignant que si la DFL ne parvenait pas à un plan de sécurité avec les 36 clubs de 1re et 2e divisions, les politiciens se chargeraient du dossier.

La commission en charge de la sécurité au sein de la DFL s'est réunie lundi à Francfort et devrait se retrouver sur le sujet de la violence avant mercredi et le match Dortmund-Real Madrid comptant pour la Ligue des champions.

Le syndicat des policiers a appelé à la fin du dialogue avec les représentants des groupes de supporteurs et particulièrement "les quelque 4000 hooligans et ultras qui ne respectent pas les règles".

"On a besoin de procureurs du football qui connaissent la situation et les procédures", a déclaré à la radio Arnold Plickert, représentant du syndicat pour la région de Dortmund, ajoutant que les "coupables devraient être interdits de stades dans tout le pays".

La police de Dortmund, qui avait déployé plus de 1000 hommes pour le derby de la Ruhr, a été surprise par "le niveau de violence beaucoup plus grave que les années précédentes", nécessitant notamment l'utilisation de canon à eau.

sg/sk

PLUS:afp