NOUVELLES

Affaire Jimmy Savile: un responsable éditorial de la BBC démissionne

22/10/2012 12:17 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

LONDRES - La BBC a annoncé lundi la démisssion d'un de ses rédacteurs en chef auquel elle reproche d'avoir déprogrammé un sujet concernant l'affaire Jimmy Savile, un ancien présentateur vedette de la télévision britannique soupçonné d'agressions sexuelles sur de nombreuses jeunes filles.

Le groupe audiovisuel britannnique public a déclaré que Peter Rippon avait fourni des explications inexactes et incomplètes à certains égards quant la déprogrammation du sujet dans son émission «Newsnight» en décembre 2011, ce qui avait nui à la réputation de la BBC et l'avait vue accusée d'avoir voulu couvrir les crimes de l'une de ses plus grandes vedettes.

Jimmy Savile, mort l'an dernier à l'âge de 84 ans, est soupçonné par la police d'avoir agressé sexuellement plus de 200 personnes à l'époque où il présentait notamment l'émission musicale culte pour les jeunes «Top of the pops».

Peter Rippon est la première figure de la vénérable BBC directement mis en cause pour ne pas avoir signalé les accusations visant Savile.

La BBC est critiquée pour avoir donné des versions discordantes à la déprogrammation de ce sujet, qui aurait levé le voile sur les agressions sexuelles, qui faisaient déjà l'objet de rumeurs à l'époque.

Le premier ministre David Cameron a déclaré lundi qu'il était important d'enquêter et d'«aller au bout de cette histoire (car) il y a des questions graves» qui se posent quant à son traitement.

La BBC devait diffuser lundi soir une enquête sur l'étouffement de l'affaire Savile, dans l'émission «Panorama». Des correspondants du groupe public y affirment que le sujet sur le présentateur a été supprimé sous la pression de la direction.

Star de la télévision britannique, Jimmy Savile présentait «Top of the Pops» et «Jim'll Fix It», deux émissions de la BBC regardées par des générations de jeunes Britanniques. Après son décès, sa réputation s'est effondrée quand près de 200 plaintes pour agressions sexuelles ont été déposées. Certains des faits allégués pourraient avoir eu lieu dans des locaux de la BBC.

PLUS:pc